Congo-Kinshasa: Beni - 5 morts dans une nouvelle attaque ADF à Eringeti

10 Novembre 2019

Le territoire de Beni a de nouveau été le théâtre des atrocités sanglantes la nuit du samedi à ce dimanche 10 novembre, dont les rebelles ADF sont encore auteurs. Pourtant, les larmes n'auront pas encore fini de couler, puisqu'il y a peu, le mardi 5 novembre dernier, ces assaillants ont pris d'assaut la localité de Mbau, tuant à leur passage 10 civils.

Peu avant 20 h du samedi 9 novembre, les rebelles islamistes ont cette fois visé la localité d'Eringeti, en groupement Bambuba Kisiki.

La société civile de ce groupement, par la bouche de Bravo Vukulu, son président, indique que les victimes sont essentiellement des dépendantes des militaires basés à Eringeti. Un civil a également été abattu, ce qui porte à 5 le nombre des compatriotes tombés au cours de cette incursion.

Parmi les blessés, Bravo Vukulu dénombre trois blessés dont un major FARDC, en plus d'autres qui ont été emmenés dans les fins fonds. La population de la région se plaint de ne pas être sous abri en dépit des opérations dernièrement lancées par les soldats congolais à Beni.

« C'est hier vers 19h45 que les ADF sont entrés dans notre localité et ont encore tué 5 personnes dont 4 femmes et 1 homme. Les 4 femmes sont des dépendants des militaires. Il y aussi 3 blessés dont 2 femmes des militaires et un major. Pour le moment, la situation est confuse, la population a de la peur au ventre, elle ne sait plus sur quel pied danser« , s'inquiète-t-il.

Les opérations devraient être élargies jusque dans le triangle de la mort

Après ce énième cas de massacres dans la région, les forces vives du territoire de Beni lancent un appel pathétique à l'égard des autorités militaires engagées dans les opérations Sokola 1.

Elles notent avec regret que depuis le lancement des opérations dites de grande envergure par le chef d'État major général, ses coïncidences tardent à être perceptibles dans certains coins pourtant infestés par cette rébellion d'origine ougandaise.

Les parties trop sensibles qui doivent également être priorisées sont celles situées dans le triangle dénommé de la mort, à l'instar d'Eringeti, Oicha, Kainama.

Ainsi, la société exhorte l'armée à étendre son rayon d'action sur tout le territoire pour éviter de laisser champ libre à l'ennemi et que des incursions rebelles n'échappent plus au contrôle militaire. Ceci permettra, estiment les forces vives, de réduire les capacités de nuisance des ADF ou même de l'encercler.

« Nous lançons encore un appel vibrant aux militaires pour qu'ils voient comment ils peuvent encore bien organiser la protection de nos civils qui habitent les parties qui entourent leurs zones opérationnelles parce que nous avons constaté que les opérations sont lancées d'un seul côté, vers Nyaleke. Mais à Eringeti, Oicha, Kainama, il n'y a pas d'opérations. C'est pourquoi nous appelons les autorités à lancer les opérations sur toute l'étendue du territoire surtout dans le triangle de la mort tel que tracé par eux-mêmes », exhorte Bravo Vukulu.

Guerre contre les ADF: le constat reste le même

Depuis bien des mois déjà, nombre d'observateurs sont tombés sur un constat identique au sujet de la guerre menée contre les ADF à Beni. A chaque fois que des opérations militaires dites de grande envergure sont annoncées ou lancées contre eux, les rebelles ADF deviennent de plus en plus cruels. De l'autre côté, d'autres groupes Mai-Mai prolifèrent aussi comme pour déconcentrer l'armée et redonner de la santé à l'ADF. On dirait que l'ennemi est renseigné de toutes les étapes en rapport avec aussi bien la préparation que l'exécution du plan de guerre pour se préparer conséquemment de son côté.

On semble ainsi penser que le niveau d'infiltration de l'armée a atteint un degré et une complexité au-delà de l'imaginable. A part la duplicité de certains éléments FARDC à identifier, il y a également la légèreté avec laquelle certains secrets sont gérés au point d'être médiatisés dans leur toute précision avant d'être appliqués. Aussi, il ne fait plus de doute que tous ces groupuscules qui pilulent dans la région sous l'appellation Mai-Mai sont des cornes sur une même tête, des pièces d'une même machine qui ensanglante Beni et ses environs.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.