Ile Maurice: Organisation des élections - Les observateurs étrangers satisfaits mais...

10 Novembre 2019

Regard positif. Maurice est considéré comme un exemple pour le reste du continent africain en termes d'organisation des élections. C'est le principal enseignement qui émane d'une rencontre que les différentes missions d'observations venues à Maurice dans le cadre des législatives ont organisée hier matin au Caudan Arts Centre.

Il n'empêche que les représentants de ces organisations - l'Union africaine, la Francophonie, la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) - ont proposé des améliorations. On y relève entre autres la nécessité d'avoir recours, si besoin est, à des référendums en vue de mettre en place des réformes tant électorales que constitutionnelles dont le pays a besoin en démarrant avec le Constitution (Amendment) Bill, la révision des conditions dans lesquelles l'Assemblée nationale devrait être dissoute ou encore le recours à des mesures pouvant clarifier les rôles de l'Electoral Supervisory Commission et de l'Office of the Electoral Commission.

Une autre recommandation consiste à faire le décompte des bulletins de vote sitôt la fin de l'exercice de vote pour ensuite expédier les résultats hors du centre de vote. Est également suggérée la mise en place d'une structure devant favoriser une participation effective de la société civile au processus électoral.

Toutefois, les dirigeants de ces missions d'observation ont eu fort à faire pour calmer l'ardeur des membres de l'assistance particulièrement ceux de Rezistans ek Alternativ. Le principal élément de mécontentement repose sur le risque que ces missions d'observations ne veulent pas se mouiller et se contentent de faire des recommandations qui ne verront jamais le jour. L'insistance de Jeff Lingaya pour que les représentants de ces missions adoptent un rôle des plus incisifs lui a valu d'être invité à quitter la salle.

Parmi les sujets de mécontentement évoqués par l'assistance, figure le rôle joué par la Mauritius Broadcasting Corporation, qui a été qualifiée de partisane lors des élections. Il y a aussi le refus d'admettre que les élections ont été libres et justes en raison des promesses, ayant surtout une dimension financière, considérées plus comme des pots-de-vin électoraux. La distribution subtile de l'argent pour influencer le vote d'électeurs a également été un sujet de grief.

Sibusiso B. Moyo de la mission d'observation de la SADC s'est fait l'interprète des membres des autres délégations pour insister sur le mandat qui leur est confié. Celui-ci cantonne leur rôle à celui d'observateurs. Ils ne peuvent pas être des donneurs de leçons ni des acteurs de changement dans la situation politique des pays d'accueil.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.