Cote d'Ivoire: Les syndicats de fonctionnaires en colère contre la nouvelle CMU

Les syndicats de fonctionnaires reprochent au nouveau système de santé des dysfonctionnements qui les empêchent de pouvoir se soigner correctement. Ils demandent donc le rétablissement temporaire de leur ancienne mutuelle.

Depuis le 1er octobre, les fonctionnaires ivoiriens sont soumis au nouveau système de sécurité sociale.

Comme tous les Ivoiriens, ils ont dû passer à la CMU, la Couverture maladie universelle. Mais ces débuts connaissent quelques difficultés, notamment dans le remplissage des bons, autrement dit des feuilles de soin.

Yves Désiré Séry, porte-parole de la coalition des syndicats du secteur public, revendiquant 80 000 adhérents, déplore ces manquements : « Il y a un manque de bons dans les hôpitaux et l'indisponibilité de médicaments dans les pharmacies.

Les bons ne passent pas. Ou si les bons passent, on ne trouve pas les médicaments dans les hôpitaux. »

Pour Karim Bamba, le secrétaire général de la caisse nationale d'assurance maladie, appelle à la patience.

« Il ne faut pas oublier que la CMU concerne tous les Ivoiriens. Nous sommes conscients qu'il y a des ajustements à faire pour les fonctionnaires et nous leur demandons d'être patients », estime-t-il.

« Les gens sont en train de mourir »

Mais pour le porte-parole de la coalition de syndicats, cette situation n'est tout simplement pas tenable : « Les gens n'arrivent pas à se soigner. Les gens sont en train de mourir. On va être patients pendant combien de temps ?

Voilà pourquoi nous avons demandé à la Cnam de tout mettre en œuvre d'ici une semaine pour que tout soit normalisé. Dans le cas contraire, nous serons obligés de réagir. »

Ils demandent donc de suspendre ce système et de réactiver provisoirement leur ancienne mutuelle. Une réunion entre les syndicats et la Cnam est d'ores et déjà prévue ce lundi, à Abidjan, pour tenter de trouver une solution.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.