Cameroun: Ngondo 2019 - Sous le signe de la paix

Ce thème a constitué l'épicentre du culte œcuménique de lancement parrainé samedi par le gouverneur du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua.

« Je vous donne la paix, je vous laisse la paix. Je ne vous la donne pas comme le monde (... ) Quoi que le Seigneur tienne tant à la paix au milieu des hommes, les hommes doivent faire ce qui est leur part pour l'établissement de la paix ». Ces propos tirés des Saintes Ecritures par le révérend pasteur Richard Priso Moungole, épousent parfaitement les contours et objectifs du thème du Ngondo 2019, à savoir « Musango », la paix en langue Douala.

Le culte solennel œcuménique de lancement officiel des activités de la grand-messe culturelle sawa célébré ce 9 novembre a mobilisé une kyrielle de personnalités administratives, religieuses et traditionnelles au temple EPC Lottin Same. L'essentiel de l'homélie inspirée du livre de Luc, chapitre 12, versets 13 à 15, a amené l'officiant du jour à exhorter le peuple Sawa et les Camerounais à lutter pour rechercher la paix. Dans le bouquet d'ouverture déroulé quelques minutes avant le culte œcuménique, une minute de silence a été observée en mémoire des disparus de la catastrophe de Gouache à Bafoussam.

Le président en exercice du Ngondo, SM Madiba Songue, a défini la place du thème par rapport aux festivités : « Tout ce programme dans son volume et sa diversité a pour socle l'incantation inlassable et indépassable de la paix et du vivre ensemble camerounais, dont le Ngondo est fier de s'affirmer haut et fort comme un laboratoire privilégié ». Vision concrétisée à travers les innovations de cette édition. En effet, le Ngondo a fait appel à d'autres cultures. « Nous aurons des éléments nouveaux qui montreront une fois de plus que le Cameroun, qui tient son nom des berges du Wouri, fera certainement cet appel pour que toutes les ethnies soient au rendez-vous de ce Ngondo qui est vraiment spécial », a fait savoir Samuel Dieudonné Ivaha Diboua. Les enfants ouvriers du Ngondo ont également été célébrés. En reconnaissance de leur implication aux activités de ce rendez-vous, ils ont reçu chacun la médaille dénommée « Tik'a Pai ».

Les organisateurs ont fait une incursion dans le passé pour rendre un vibrant hommage aux ouvriers disparus du Ngondo. Une articulation qui a plongé l'assistance au cœur des traditions sawa par l'entremise du chantre Eteki. Par sa voix perçante, il a établi le lien entre les morts et les vivants, exprimant la reconnaissance de ces derniers quant à l'œuvre accomplie par les premiers. La stèle érigée en leur mémoire, et portant les noms de plus d'une cinquantaine de disparus, a été découverte au public et chaque nom cité. Cet hommage constituait le bouquet final du culte de lancement. « Allez dans la paix et la joie du Ngondo », a conclu l'archevêque émérite de Douala, Mgr Christian Tumi, en guise de bénédiction finale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.