Cameroun: Commémoration - Requiem pour les défunts

Un concert en mémoire des victimes des crises sécuritaires dans le pays et des disparus de l'éboulement de Bafoussam, organisé le 8 novembre à Yaoundé.

Le chœur classique « Duc in Altum », accompagné par l'orchestre philharmonique des amis du classique de Yaoundé a exécuté vendredi dernier, en la basilique Marie-Reine-des-Apôtres de Mvolyé, l'intégralité du Requiem KV 626 de Wolfgang Amadeus Mozart. C'était à l'occasion de la commémoration des défunts, en ce mois de novembre qui leur est dédié, selon le calendrier liturgique de l'Eglise catholique romaine. Pendant plus de 60 minutes, le chœur classique « Duc in Altum » a fait voyager la foule au cœur des 14 pièces que compte cette œuvre musicale.

La messe de Requiem en ré mineur KV. 626, de Wolfgang Amadeus Mozart, composée en 1791, est une œuvre de sa dernière année de vie. Elle reste d'ailleurs une de ses œuvres majeures et emblématiques. « Mozart a composé cette pièce pour les morts. Comme nous sommes au mois de novembre, qui est le moment idoine d'intersession pour les défunts, nous avons pensé exécuter cette composition de Mozart pour prier pour tous nos frères morts dans la crise anglophone, à l'extrême- Nord et dans l'éboulement de Bafoussam », a indiqué Serge Christian Alima, président de la chorale « Duc in Altum ».

Au cours de ce concert, les participants avaient l'opportunité d'inscrire gratuitement des messes pour quatre membres de leur famille, aujourd'hui de regrettée mémoire. C'était également une occasion pour l'Eglise de faire une collecte de fonds afin d'inscrire des messes aux âmes du purgatoire les plus délaissées. Car, cette aventure n'est pas seulement artistique, mais fondamentalement spirituelle.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.