Sud-Soudan: Vatican - Le pape François annonce sa visite au Soudan du Sud

Devant les fidèles réunis place Saint-Pierre, le souverain pontife a exprimé, le 10 novembre, sa préoccupation au sujet de la situation dans le pays où le peuple a trop souffert ces dernières années.

« J'adresse une pensée spéciale au cher peuple sud-soudanais que je devrais aller visiter l'an prochain. Je souhaite renouveler mon invitation à tous les acteurs du processus politique national à chercher ce qui unit et à dépasser ce qui divise », a déclaré le pape François, à l'issue de la prière de l'angélus.

Par la même occasion, le Saint-Père a demandé aux autorités sud-soudanaises de surmonter leurs divisions, et à la communauté internationale d'accompagner le pays sur la voie de la réconciliation, annonçant également qu'il devra s'y rendre l'an prochain. Le souverain pontife en avait déjà exprimé le désir à l'occasion de la dernière audience accordée au Vatican au président de la République du Soudan du Sud, Salva Kiir.

Deux ans seulement après son indépendance, le Soudan du Sud a sombré dans une guerre civile en 2013, le président Salva Kiir accusant son vice-président, Rieck Machar, de fomenter un coup d'État contre lui. Depuis, au moins trois cent quatre-vingt mille personnes ont été tuées et plus de quatre millions de Sud-Soudanais ont fui leur foyer.

«Le peuple sud-soudanais a trop souffert ces dernières années et espère vivement un avenir meilleur, en particulier la fin définitive des conflits et une paix durable», a souligné le Pape François. Il avait invité, en avril dernier, les deux responsables politiques du pays au Vatican pour une retraite spirituelle. Il a adressé à nouveau «une pensée spéciale» à la population du Soudan du Sud, un pays pour lequel il a «une affection particulière».

Le pape souhaite manifester sa proximité à la population et encourager ainsi le processus de paix. En septembre dernier, il avait renouvelé son invitation «à tous ceux qui sont impliqués dans le processus politique national à chercher ce qui unit et à surmonter les divisions, dans un esprit de vraie fraternité».

Si le cessez-le-feu décrété en septembre 2018 a été globalement respecté, de nombreux points de l'accord de paix signé à Addis-Abeba n'ont pas enregistré de progrès: le nombre d'États régionaux, la question de leurs frontières, l'unification de l'armée, la sécurité de Rieck Machar à Juba, et surtout la formation d'un gouvernement d'union.

A propos de la mise en place de ce gouvernement, le président sud-soudanais, Salva Kiir, et son rival, Riek Machar, se donnent encore du temps.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.