Burkina Faso: Attaque de Boungou - SEMAFO suspend ses opérations

Le grand patron de la société minière SEMAFO est au Burkina Faso. Cinq jours après l'attaque de Boungou, Benoît Désormeaux, P-DG de SEMAFO INC, le grand groupe auquel appartient la mine, s'est entretenu le lundi 11 novembre 2019 avec le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré.

A l'issue de la rencontre, le P-DG a annoncé la suspension des opérations, c'est-à-dire l'interruption de l'extraction de l'or à Boungou en attendant d'avoir des garanties (avec le gouvernement) d'une situation sécuritaire favorable à la reprise du travail.

L'attaque de cinq autobus de la mine de SEMAFO, survenue le 6 novembre dernier dans la région de l'Est, n'a pas laissé les premiers responsables de la mine canadienne indifférents. Une délégation avec à sa tête, l'ambassadeur du Canada au Burkina, Carol Vivian Mc Queen, était chez le Premier ministre.

Etaient de l'équipe de l'ambassadeur le P-DG de SEMAFO INC, Benoît Désormeaux, et le PCA de la mine, Elie Ouédraogo. « Nous présentons nos condoléances aux familles des victimes de l'attaque meurtrière de la semaine passée et à l'ensemble du peuple burkinabè.

C'est la chose la plus importante à faire actuellement. Ma venue au Burkina Faso, c'est pour m'assurer que les familles des victimes sont bien accompagnées, et les blessés bien suivis dans les centres de santé », a affirmé le P-DG après une heure d'échanges avec le PM.

Depuis l'attaque, la rumeur fait cas d'une fermeture de la mine. La version du P-DG sur la question : « Nous avons arrêté les opérations, car les répercussions de l'incident sont importantes.

Nous ne reprendrons que quand nous seront sûrs de travailler en toute quiétude. Il ne faut pas qu'il y ait de confusion, nous ne parlons pas de partir du Burkina Faso. Nous sommes en production ici depuis 2008.

Notre désir, c'est de reprendre les opérations, mais à condition qu'il y ait la sécurité ». Le nombre de morts de cette attaque ne cesse d'évoluer sur les réseaux sociaux, d'aucuns même parlent d'une soixantaine.

A ce jour, SEMAFO a perdu combien d'employés ? « Nous avions dans le convoi 240 personnes. Nous avons aujourd'hui 39 personnes qui sont décédées, une soixantaine de blessés, et toujours une personne qui manque à l'appel. C'est le bilan au niveau de nos effectifs ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.