Burkina Faso: Maouloud 2019 - Les invocations pour la paix

11 Novembre 2019

La communauté musulmane a célébré la naissance du prophète de l'islam, appelée Maouloud, dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 novembre à la grande mosquée de Ouagadougou. A l'occasion, le président de la communauté musulmane a invité les Burkinabè à cultiver le dialogue, la fraternité, la justice et la liberté.

A l'occasion de la célébration du Maouloud cette année, dans la nuit du 9 au 10 novembre 2019, la communauté musulmane a choisi un thème en lien avec la situation socio-sécuritaire du Burkina Faso : « Islam et cohésion sociale face à l'insécurité ».

Réunis dans la grande mosquée de Ouagadougou, les fidèles musulmans ont lu le Saint Coran, loué Allah, salué son messager Mohammed et fait des bénédictions pour la stabilité sociale et la paix dans leur pays.

Différentes allocutions, notamment celles du vice-président du bureau exécutif permanent de la communauté musulmane, El hadj Hatimi Démè et du chef d'Etat-major général des armées représenté par le commandant du Groupement central des armées (GCA), le colonel-major Oumarou Sawadogo.

Le vice-président a rappelé que le Maouloud est un rassemblement religieux pour reconnaître le bienfait d'Allah pour l'humanité et constitue un raffermissement de la foi en lui. La décision de placer la cérémonie sous le signe de la cohésion sociale est une référence aux impératifs prônés par l'islam, a-t-il indiqué.

Mais pour une solidarité forte et des liens sociaux intenses au Burkina Faso, Hatimi Démè a souligné qu'il faut développer les valeurs et principes que l'islam recommande à tous : le dialogue basé sur l'approche interculturelle, l'équilibre entre la fraternité humaine et la fraternité islamique, la promotion de la justice et le respect de la liberté humaine.

La communauté musulmane a invité donc les musulmans à une ouverture d'esprit et à mettre l'appartenance à une communauté humaine au-dessus de toute autre considération.

Sur la question spécifique de la lutte contre le terrorisme, la communauté musulmane privilégie les principes islamiques qui recommandent en toute circonstance d'invoquer le seigneur et de se repentir tout en œuvrant pour la cohésion sociale.

« Une société qui garantit la liberté de conscience, la lutte contre l'injustice et la promotion de l'excellence est prédisposée à faire face à toute adversité comme l'insécurité », a soutenu le vice-président.

Du côté de la hiérarchie militaire, le message a été bien reçu. Le commandant du GCA a encouragé les responsables de la communauté musulmane à continuer de sensibiliser sur cette lancée et surtout à prêcher à leurs fidèles de ne pas se prêter aux rumeurs et campagnes de désinformation qui circulent sur les réseaux sociaux.

Un argument repris par le ministre de la Sécurité, Ousséni Compaoré qui a insisté sur le fait que les éléments des Forces de défense et de sécurité sont des parents et amis et qui ont besoin du soutien de tous.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.