Burkina Faso: Maouloud 2019 - Aziz Soré prêche la tolérance et le pardon

11 Novembre 2019

Dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 novembre 2019, le guide spirituel, Abdoul Aziz Aguib Soré et ses fidèles ont célébré la naissance du prophète Mohamed à Koumna-Yargo, dans la province du Yatenga. Pour une société de paix, le religieux a invité les Burkinabè à l'unité, à la solidarité et à la cohésion pacifique.

Les musulmans ont magnifié la venue du prophète Mohamed à travers des prêches, des louanges et adorations : c'est la fête du Maouloud.

Comme il est de tradition, cette année encore, le Cheick Abdoul Aziz Aguib Soré a célébré cette date anniversaire du serviteur de Dieu dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 novembre 2019 à Koumna-Yargo dans la province du Yatenga, région du Nord du Burkina Faso.

Le thème principal de cette nuit de bénédiction et de louanges a présenté la cohésion sociale comme gage de bien-être social et de sécurité des populations.

Ainsi, les prêches du révérend Cheick, se sont axés essentiellement sur l'unité des Burkinabè, la paix, l'entraide, la sécurité, le raffermissement de la foi religieuse entre autres.

Devant des milliers de fidèles venus pour cette nuit de nativité du prophète, le Cheick a prié pour une paix retrouvée au pays des Hommes intègres.

Il a également exhorté les acteurs de toutes les couches sociales à se pardonner mutuellement et à se donner la main pour une réconciliation véritable. Selon le religieux, l'humanité connaît de plus en plus une haine qui se métamorphose, au fil du temps, en terrorisme.

Aux fidèles musulmans, Aziz Soré les a invités à rester des modèles car, a-t-il dit, l'islam enseigne des valeurs de paix, de pardon, de solidarité et de non-violence. De ce fait, le guide rejette toute violence qui serait liée à la conquête pour un monde islamique.

« On ne tue pas au nom d'une religion encore moins au nom de l'islam qui se veut une religion pacifique », a-t-il rappelé.

Parlant des actes de banditisme et d'extrême terrorisme en Afrique et particulièrement au Burkina Faso, Mali Niger, le prêcheur a indiqué que pour venir à bout de ces forces du mal, les peuples doivent être unis. « La vie en communauté doit être empreinte de courtoisie, de pardon, d'amour et de croyance », a dit le Cheick Soré.

Il a invité particulièrement les musulmans à s'engager dans la lutte contre toute forme de violence afin d'honorer l'image de l'islam et redorer le nom de son prophète. « Tous ceux qui font l'apologie du terrorisme et qui se réclament de l'islam ne sont pas des croyants encore moins des musulmans.

Aucune religion ne prône l'homicide et tout autre type de violence contre autrui », a déclaré le guide spirituel avant de prier pour le repos éternel des âmes des disparus dans l'attaque du convoi minier à l'Est du Burkina Faso.

Avec d'autres guides venus du Mali, du Sénégal et de la Côte d' Ivoire, les religieux ont lu et interprété dans cette nuit du Maouloud, des pages du saint Coran afin d'éclairer les fidèles.

Au petit matin du dimanche 10 novembre, l'ensemble des fidèle ont levé les yeux vers le ciel afin d'implorer le pardon de Allah, sa bénédiction à toute l'humanité, afin que la concorde et la sécurité règnent dans le monde.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.