Burkina Faso: Le Premier ministre burkinabè reçoit l'ambassadeur du Canada et le PDG de Semafo

Plusieurs jours après l'attaque terroriste qui a visé un convoi de la société minière Semafo, la société n'envisage pas la fermeture définitive de la mine. C'est ce qu'a annoncé son président directeur général après avoir rencontré le Premier ministre burkinabè à Ouagadougou.

« J'ai reçu une délégation de SEMAFO conduite par #Carol #Mcqueen l'ambassadeur du Canada au Burkina Faso.

Le DG de SEMAFO INC #Benoît Desormeaux est venu témoigner sa compassion envers le peuple Burkinabè suite à l'attaque de #Boungou. Merci pour cette démarche », a écrit le premier ministre burkinabé su son compte Twitter.

J'ai reçu une délégation de SEMAFO conduite par #Carol #Mcqueen l'ambassadeur du Canada au Burkina Faso.

Le DG de SEMAFO INC #Benoît Desormeaux est venu témoigner sa compassion envers le peuple Burkinabè suite à l'attaque de #Boungou. Merci pour cette démarche.#BurkinaFaso #lwili pic.twitter.com/civ60Avx9b

Christophe Joseph Marie DABIRE (@ChristopheDabir) 11 novembre 2019

Après l'attaque du convoi qui a coûté la vie à 39 personnes et fait une soixantaine de blessés parmi les travailleurs de la mine de Semafo à Boungou, les opérations de production sont à l'arrêt sur le site.

Il n'est pour le moment pas question de fermer définitivement la mine, selon Benoit Desormeaux, le président directeur général de Semafo Inc.

« C'est un très gros accident qui a des répercussions importantes. Il faut réévaluer l'environnement dans lequel on opère, et s'assurer qu'on va le refaire de façon sécuritaire.

Les opérations aujourd'hui sont arrêtées, et on va reprendre les opérations lorsqu'on sera en mesure d'assurer que ce sera fait de façon sécuritaire. Mais on ne parle pas de partir du Burkina Faso. »

La priorité pour la société, selon son président directeur général, c'est la sécurité des employés, surtout ceux qui sont encore sur le site. Et les opérations d'évacuation sont toujours en cours, rassure Benoit Desormeaux.

« Notre seule priorité pour l'instant, c'est nos employés, les familles, les employés qui sont encore sur le site. Donc on en a encore pour quelques jours pour évacuer les gens qui doivent sortir du site. »

L'heure n'est pas encore à la réflexion avec les autorités burkinabè sur le nouveau dispositif sécuritaire qui sera mis en place, selon les responsables de la mine.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.