Cote d'Ivoire: Projet d'évaluation des risques de pollution en milieu marin - L'Aiea et les pays membres font le point à Abidjan

11 Novembre 2019

La dernière réunion du projet se tient, du 11 au 15 novembre 2019, à Cocody-Angré.

François Kouablan, directeur de cabinet du ministère de l'Environnement et du Développement durable (Minedd), a réitéré, lundi, « l'engagement de la Côte d'Ivoire à continuer à œuvrer activement au sein de l'Agence internationale de l'énergie atomique (Aiea) pour atteindre les différents objectifs ».

Notamment le projet de coopération technique Raf7015 intitulé "Renforcement des capacités régionales pour l'évaluation des risques en milieu marin à l'aide des techniques nucléaires et connexes ", dont la réunion finale se tient, du 11 au 15 novembre, à l'hôtel Enka Flat à Cocody-Angré.

La rencontre vise à faire le point sur les compétences des 22 pays membres, au sortir de ce cycle de renforcement des capacités qui a débuté en 2008 et qui s'achève cette année. Représentant le ministre à la cérémonie d'ouverture, François Kouablan a justifié cet engagement de la Côte d'Ivoire par le fait que l'industrialisation du pays reste tributaire des installations classées dans les secteurs gazier, pétrolier et minier qui génèrent des déchets ou résidus contenant des polluants radioactifs nuisibles à la santé.

Il s'est donc félicité de ce que le Centre ivoirien antipollution (Ciapol) ait vu ses compétences améliorées dans le domaine des analyses environnementales et l'interprétation des résultats, conformément aux normes internationales.

Parce qu'une dizaine de techniciens ivoiriens ont bénéficié de stages de l'Aiea sur les nouvelles techniques d'analyse au laboratoire, selon les bonnes pratiques Iso 17025.

Le directeur de cabinet du Minedd a également rappelé que le Ciapol a installé une section d'analyse radiochimique dans son laboratoire, avec des équipements et accessoires adaptés offerts par l'Aiea.

Quant à Michel Warnau, chef du département de la coopération technique de la division africaine de l'Aiea, il a invité les pays membres du projet à travailler en réseau. Parce que, selon lui, « le problème qui survient dans un pays peut se produire dans un autre ou impacter un autre État ».

Également administrateur du projet Raf7015, Michel Warnau a aussi convié les participants à concevoir des projets et à les soumettre - à travers les points focaux - à l'Aiea pour accompagnement, dans le cadre du nouveau cycle qui va s'ouvrir l'année prochaine.

En outre, le représentant de l'Aiea s'est félicité de l'engouement que le projet a suscité chez les pays.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.