Afrique: An 37 du Renouveau - Paul Biya couronné par les Rois africains

12 Novembre 2019

Le Conseil panafricain des autorités traditionnelles et coutumières vient de lui décerner le prix « le Grand Baobab » au cours d'une cérémonie traditionnelle riche en sons, symboles et en images en République centrafricaine. Une distinction qui consacre également le travail abattu depuis ces années dans de nombreux secteurs de la vie qui participent nécessairement de la recherche permanente de la paix au Cameroun, en Afrique et dans le monde.

La nouvelle n'a pas forcément fait grand bruit. Pourtant elle fait l'objet de nombreux commentaires dans plusieurs milieux de la République. Il y a quelques jours, certains observateurs de la scène internationale voyaient en le président camerounais le lauréat 2019 du prix Nobel de la Paix. Le comité Nobel a choisi le Premier ministre éthiopien. Mais pour les Rois d'Afrique à travers le Conseil panafricain des autorités traditionnelles et coutumières, il y a matière à corriger ce déni. C'est ainsi que ce conseil vient d'attribuer au président Paul Biya le prix « le Grand Baobab ». Pour une grande première. Distinction amplement méritée à en croire l'un des gardiens de la tradition, ancien ministre d'Etat centrafricain et non moins président du Conseil des Rois d'Afrique qui indique : « J'ai eu la chance, dans mes fonctions de ministre d'Etat de la République centrafricaine avoir rencontré plusieurs fois ce président », rappelle-t-il pour justifier le choix du président Biya, premier lauréat de ce prix.

Un autre gardien de la tradition de renchérir que « avec l'arbre à palabre, ce Grand dialogue national instauré dans son pays, l'homme a réussi à fédérer le Cameroun autour d'un idéal. » Et de poursuivre : « Les valeurs humaines et morales qui caractérisent les prises de décisions et les actions de Paul Biya, à notre entendement, se nomment entre autres, équité, justice, égalité, don de soi, patience et j'en oublie. » Le portail des camerounais de Belgique. Pour les initiateurs de ce prix où l'on retrouve un grand baobab dans l'Afrique voudrait dire que le baobab, c'est dans tous les pays d'Afrique sous le baobab que les conflits entre pays se réglaient. « Nous, avons réfléchi beaucoup et à un moment donné, nous avons décidé que ce prix très cher soit le baobab », avoue l'un des initiateurs. La cérémonie d'attribution de ce prix a été marquée par des démonstrations qui ont permis de dévoiler l'autre Afrique, mystique, puissante, soutenue par les Rois d'Afrique.

Paix

Bâtisseur pour l'émergence Paul Biya n'est pas seulement le mendiant de la paix désormais reconnu dans son pays. Sa propension à militer pour la paix a désormais traversé les frontières du pays. Comme le démontrent les puissants Rois d'Afrique. C'est aussi l'incontestable bâtisseur des grandes réalisations pour l'émergence qui a été sacré pense-t-on dans certains milieux. D'ailleurs, en 37 ans, il serait fastidieux d'en faire une revue exhaustive. Pour ne prendre que le cas du secteur de l'eau et de l'énergie, il y a de forts progrès jusque-là réalisés au cours de son magistère. On peut citer dans le secteur de l'eau potable, la réalisation du projet Yato I qui met à la disposition de l'agglomération de Douala, 175 000 m3 d'eau par jour. Yato 2 y a ajouté 100 000 m3 pour porter la production totale à 275 000 m3 d'eau potable pour la ville de Douala. Dans la foulée, l'on note la réhabilitation de la station de traitement d'eau de la Mefou à Nkolbisson pour un approvisionnement de 50 000 m3/jour à Yaoundé. En ce moment, le projet Aep Yaoundé/Akomyada par Mbalmayo apporte 100 000 m3 d'eau potable supplémentaire par jour dans la capitale politique pour un accroissement de la capacité à 400 000 m3/Jour. Les métropoles de Yaoundé et de Douala ne sont pas les seules à bénéficier de ces importants investissements dans ce secteur. D'autres localités bénéficient des mêmes investissements.

L'on pense à la construction et la réhabilitation de 52 centres d'adduction d'eau. La première phase a déjà atteint les villes de Mbankomo, Boyo, Jikejem, Oku, Maroua, Douala. La 2ème phase couvrira les villes de Limbe, Buea, Tonga, Nanga Eboko, Bikok, Tokombéré, Meyomessala, Yaoundé, Akomyada. Elle est aussi en très bonne voie de finalisation. Est également en bonne voie, la construction en zone rurale de 250 ouvrages hydrauliques dans les 10 régions du pays. Tout comme la réalisation de 489 forages équipés dans le Grand Nord. C'est-àdire 52 dans le Nord, 132 dans l'Extrême-Nord. Non négligeable aussi, la rétrocession par les Chinois au gouvernement camerounais de 80 forages équipés dans 45 villages de l'Extrême Nord et 35 au Nord. Dans le secteur de l'électricité, les investissements sont davantage lourds et conséquents, car il s'agissait pour le gouvernement camerounais de combler le gap de 400 mégawatts par rapport à la demande au Cameroun Horizon 2020 qui nécessite une production de 3000 mégawatts. Aussi des projets structurants ont-ils été engagés à travers la construction de grands barrages. A ce jour, le barrage hydroélectrique de Lom Pangar qui dispose d'un réservoir de 6 milliards de mètres cubes et la construction d'une usine d'une puissance de 30Mw pour électrifier l'Est avec en sus, la construction d'une ligne d'évacuation de 90 Kw de 120Km. Dans le même secteur et déjà opérationnel le barrage hydroélectrique de Memve'ele avec une puissance de 201 Mw avec un productible de 1140 gwh/an ; le barrage de Mekin de 15 Mw et une ligne d'évacuation d'énergie de 110 Kw sur 33 Km.

Le barrage hydroélectrique de Nachtigal de 420 Mw de capacité viendra compléter cette gamme de projets structurants dans le domaine de l'électricité. Il faut y adjoindre la centrale à gaz de Kribi de 216 Mw, celle de Limbé avec 315 Mw et une ligne d'évacuation de 250 Kv. Le secteur des hydrocarbures n'est pas en reste. On peut citer le projet d'extension et de modernisation de la raffinerie de la Sonra pour raffiner le pétrole brut lourd camerounais. Il s'agira de construire une unité hydrogène et de souffre et une usine de bitume. L'entrée en piste des Russes, réputés en la matière est déjà en soi un gage de renouveau pour cette raffinerie. La cerise sur le gâteau, bientôt le Cameroun aura son satellite dans l'espace galactique. Comment ne pas être reconnaissant pour toutes ces réalisations qui participent également au maintien de la paix dans le pays. Les Rois d'Afrique ont vu juste. Après avoir été consacré par la majorité des communautés vivant au Cameroun, les dépositaires de la tradition en Afrique viennent d'entrer dans la danse. Et c'est tout un symbole.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.