Cameroun: Edith Kah Walla - "Nous disons Non ! aux élections de M. Biya"

12 Novembre 2019

Le Président de la République a convoqué le corps électoral pour les élections municipales et législatives. A l'heure où la nation tout entière estime que nous avons besoin de : Refonder l'état camerounais pour redéfinir la relation entre les citoyens que nous sommes et l'État qui doit nous servir. Reconfigurer la forme de l'Etat.

Tous les camerounais ont besoin de plus d'autonomie, plus de ressources et plus de services au niveau régional et local. Réconciliation nationale pour remédier aux erreurs de l'histoire et bâtir une nouvelle identité camerounaise : Anglophone et Francophone, Mundang et Bafaw, Toupouri, Baforchu, Mbamois et Fulani, tous les groupes ethniques de notre merveilleuse nation ensemble.

Trouver des solutions rapides, pratiques, efficaces et durables aux problèmes de l'eau, de l'éducation, de l'électricité, de la santé et de la route. A cette heure où nous sommes fatigués de voir nos enfants recrutés par Boko Haram, par les Ambas et par les gangs de brigands parce qu'ils manquent d'écoles, d'emploi et tout simplement d'avenir, à cette heure si grave, ce que le Président Biya a trouvé à nous offrir ce sont ses élections. Les mêmes élections truquées avec la même ELECAM, le même MINAT et le même Conseil Constitutionnel qui ont toujours failli. Le portail des camerounais de Belgique. Ceux là qui nous ont toujours trompé, ceux là qui n'ont pas su depuis 1991 organiser des élections avec un semblant de sérieux. Ceux-là qui sont tous, sans exception, de son camp à lui. Le Président Biya nous demande une fois de plus, une fois de trop, après 37 ans, il nous demande encore de l'accompagner et de l'aider à consolider son pouvoir.

Cette fois-ci, nous disons NON ! Nous n'allons plus accompagner ce président ! NON aux élections sans un cessez-le-feu dans le NOSO et sans garantir la sécurité des citoyen.nes qui doivent voter sur l'ensemble du territoire national. NON aux élections sans un véritable dialogue pour: Résoudre le problème Anglophone. Redéfinir la nature de l'État Camerounais. Redéfinir la forme de l'État Camerounais. Non aux élections sans la réforme des institutions dont l'Assemblée Nationale et la fonction de député. Non aux élections sans un véritable transfert des pouvoirs et des ressources aux collectivités décentralisées pour que les maires et les élu.es locaux puissent résoudre les problèmes des camerounais.es.

Après 37 ans, nous disons NON ! Nous n'allons plus accompagner ce président. Nous n'allons pas non plus rester les bras croisés. Nous allons crier notre NON dans les médias, sur les réseaux sociaux par tous les moyens. Nous allons informer et éduquer nos citoyens sur leur droits et sur leurs devoirs. Nous allons manifester sans violence pour dire NON ! Cette fois ci c'est NON ! Le Cameroun a besoin de Transition, le Cameroun a besoin de réconciliation, le Cameroun a besoin de refondation. Pas de distraction, nous disons NON aux élections du M. Biya!

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.