Cameroun: Paul Biya appelle aux élections, John Fru Ndi appelle au boycott des élections

12 Novembre 2019

Le corps électoral est convoque le Dimanche 9 février à l'effet de procéder à l'élection des députés à l'assemblée Nationale et des conseillers municipaux. L'opinion est partagée sur ce décret du président de la République Paul Biya signé le Dimanche 10 novembre 2019.

Le décret était pourtant attendu. Le président a agi en toute légalité, Conformément à la constitution et la loi du 19 avril 2012 portant code électoral. Du coup, les passions se sont déchainées. Plaidant pour le retour à la paix dans les régions du NOSO avant l'organisation de toute élection au Cameroun. Les partis politiques, principaux acteurs du processus électoral sont entré dans la danse « Le Social Democratic Front (SDF) dont le mauvais résultat de son candidat à l'élection présidentielle du 7 octobre 2018 est lié à la crise dans le NOSO, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun et le Cameroon People Party on fait de la résolution de la crise anglophone une priorité » Et des questions foisonnent Qui osera faire campagne dans les régions en guerre ? Comment voter pour les centaines de milliers de déplacés de la crise anglophone ? Qu'en est il de la dizaine de milliers de refugiés au Nigeria ?

Le SDF est allé plus loin. Le quotidien La Nouvelle Expression révèle que « le SDF suspend ses parlementaires » c'est la principale résolution du National Execitive Commettee, organe de décision du parti qui s'est tenu à Yaoundé ce week end. Pour le ministre de Shadow cabinet chargé de l'information « le SDF maintient la suspension de ses parlementaires à l'assemblée National et au Senat tant qu'il n y a pas un signal fort en terme de projet de loi de Yaoundé matérialisant les recommandations du grand dialogue national pour un retour à la paix dans le NOSO » Le NEC s'est insurgé contre le RDPC, parti au pouvoir à Yaoundé dont les sénateurs, députés et conseillers municipaux dans le NOSO affichent une indifférence assourdissante et « apportent leur soutien au gouvernement répressif de Yaoundé ».

Toutes choses qui font dire au journal Info Matin que « le Sdf est en mode boycott total ». Le parti de Fru Ndi et de Joshua Osih pose ses conditions, pour l'effectivité de sa participation à la vie politique nationale. Une Convocation « du corps électoral sur fond de crise anglophone », souligne Emergence. Il s'agit de « le Nord-Ouest et le Sud-Ouest sont hors-jeu ». Pour une fois que l'opposition est d'accord avec le pouvoir pour renvoyer les élections, le temps de régler la crise des régions anglophones, et de revoir le code électoral pour éviter les éternelles crises postélectorales depuis 1992, le président de la République a choisi de foncer. Tête baissée ! " Biya vient de jeter de l'huile sur le feu de la tentative de sécession du pays" soutient Jean Michel Nintcheu, député du Sdf.

Un véritable « sceau de l'inconnu », écrit Mutations. Alors que la mise en œuvre des recommandations du dialogue national est attendue pour pacifier le Nord-Ouest et le Sud-ouest, le chef de l'Etat convoque le corps électoral. Finalement, « la messe est dite ! ». Pour le journal l'Indépendant, Avant de se rendre en France sur invitation d'Emmanuel Macron, pour prendre part à la 2e édition du Forum de Paris sur la Paix, le président Paul Biya a convoqué le corps électoral en vue des prochaines législatives et municipales qui se tiendront le 09 février 2020. S'achemine-t-on vers un passage en force dans un contexte pour le mois préoccupant ? Intégration écrit qu'il s'agit de « batailles électorales... contre-feu à la sécession ». Paul Biya ouvre un nouveau front. Dans les rangs des partis politiques.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.