Congo-Kinshasa: Ministère des Mines - Alpha Denise Lupetu a présidé la deuxième réunion du groupe thématique sectoriel du programme national stratégique et de développement

Ce lundi 11 novembre, la Vice-ministre des Mines, Mme Alpha Denise Lupetu, a présidé la deuxième réunion du groupe thématique sectoriel du programme national stratégique et de développement.

Initié par le Ministère du plan, ce groupe thématique a pour objectif de mieux coordonner et évaluer les actions du Gouvernement dans chaque secteur. Pour la réunion de ce lundi, le groupe thématique a réuni en son sein les représentants du Ministère de l'Energie, des Hydrocarbures et ceux du ministère des Mines.

Tenue dans la salle des réunions du Ministère des Mines situé au 4ème niveau de l'immeuble du Gouvernement, cette activité a également connu la participation de quelques partenaires internationaux notamment, l'UE, l'USAID, les Nations Unies et la coopération britannique. En ce qui concerne le Ministère de l'énergie, son représentant a laissé entendre que les efforts sont consentis par le Gouvernement pour résorber le déficit en électricité. «Nous avons fait l'état des lieux de ce que le Ministère de l'énergie et ressources hydrauliques est en train de faire. Il y a eu des actions ayant trait à la facilitation des opérateurs privés qui importent les équipements et matériels électriques pour le développement des unités de production des énergies électriques. On leur a accordé quelques avantages au travers un décret qui a été signé en décembre 2018 par rapport à l'importation, à la douane et d'autres facilités», a dit Monsieur Camille Augustin Kabasele, chef de service électricité au Secrétariat Général aux ressources hydrauliques et électricité.

Au côté de cela, a-t-il ajouté, d'autres projets sont en train d'être menés dans la réhabilitation des infrastructures existantes ainsi que dans la construction de nouvelles infrastructures énergétiques.

L'occasion faisant le larron, Augustin Kabasele a profité pour étaler quelques difficultés auxquelles le secteur fait face, du moins en ce qui concerne l'industrialisation minière. «Le secteur de l'énergie a raison de travailler en synergie avec les secteurs énumérés pour le développement de ce pays. L'énergie, c'est le moteur de développement et pour le cas de la RDC, notre économie s'appuie essentiellement sur l'industrie minière. Et, à ce jour, le déficit énergétique pour le développement de l'industrie minière est assez criant parce qu'il est de 900 Mégas Watt, ce qui est considérable et qui freine le développement du pays», a-t-il déploré.

Quid de la vulgarisation du code minier ?

Dans son adresse, la Vice-ministre des Mines a martelé sur la vulgarisation du code minier, précisément dans son déroulement. Il était question pour elle de donner un chronogramme sur la vulgarisation du code minier dont le lancement officiel a eu lieu le 6 novembre dernier à Kinshasa. Par rapport à la question relative à l'accès aux ressources stratégiques, le ministère a donné des apaisements car, au mois de décembre va déjà débuter la campagne de vulgarisation du code minier dans le Grand Katanga avant de s'étendre dans d'autres provinces du pays.

Le représentant du Ministère des Hydrocarbures a, quant à lui, passé au peigne fin l'état des lieux de l'application de la loi des Hydrocarbures.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.