Togo: Le CHU Tokoin privilégie son titre de mouroir

12 Novembre 2019

Je n'avais pas encore vécu les tristes et déplorables réalités du CHU TOKOIN quand je tirais la sonnette d'alarme que cet hôpital est un véritable mouroir. Beaucoup de confrères journalistes évoquent toujours ce cas mais nos gouvernants restent indifférents.

La plus part de mes connaissances qui évacuent des membres de famille souffrants dans cet hôpital ne sort jamais le sourire aux lèvres.

Cette semaine malheureusement c'est mon tour. Ma petite sœur *ANANI Isabelle* a donné naissance à une petite fille il y a 3 semaines dans une clinique suite à une césarienne.

Je tais le nom de cette clinique située à Adakpamé Zorro bar. L'opération a été mal faite et ma petite sœur en souffrait énormément.

Face à l'incompétence des médecins de cette clinique, nous avons décidé de l'amener d'urgence au CHU TOKOIN.

Mais c'était sans compter sur le mépris, l'impolitesse, la précarité, la méchanceté, la négligence, la monstre imcompetence des médecins de la réanimation polyvalente du CHU TOKOIN.

La compétence et le savoir faire de plusieurs médecins de la réanimation de cet hôpital se résument seulement aux ordonnances médicales kilométriques. Les médicaments prescrits en seulement 02 semaines nous ont coûtés plus de *500 000 fcfa*.

Ce que nous savons des hôpitaux publics au Togo c'est le manque de matériels de travail. Toute fois il faut relever que c'est la compétence qui fait plus défaut au CHU TOKOIN. En une semaine dans cet hôpital public ma petite soeur a été opérée deux fois. Ce qui veut dire que la première opération a été un échec.

Pourtant elle venait de subir une césarienne. Au CHU TOKOIN notre course pour l'achat des médicaments n'a jamais freiné.

Le comble c'est que ces médecins qui soi disant avaient prêté le serment d'hypocrate, ont refusé de secourir ma petite soeur quand cette dernière avait fait une crise le samedi dernier à 22h.

L'argument évoqué etait le manque de place dans à la réanimation polyvalente et le défaut d'oxygène.

Isabelle, étouffée, qui souffrait des plaies de plusieurs opérations non réussies n'en pouvait plus. Elle sentait trop de douleur dans une atmosphère de prise de bec entre la famille et un médecin de la réanimation.

De 22h à 7h du matin elle n'a toujours pas eu accès à la salle de réanimation. Nos cris d'alarmes et lamentables ont suscité pitié chez un médecin qui serait une connaissance à un de mes frères. Il était appelé au téléphone, et c'est ce monsieur qui nous a trouvés finalement la place que l'autre médecin prétend ne pas trouver.

Dès que ma petite sœur a eu accès à la salle de réanimation les ordonnances médicales ont commencé par pleuvoir. Malgré nos efforts, des courses par ici et par là ma petite soeur a fini par rendre l'âme mardi soir devant des médecins incompétents, méchants et négligents.

Je croyais que les médecins du CHU TOKOIN avaient honte quand nous traitions cet hôpital de véritable mouroir mais je me rends compte que c'est plutôt un privilège pour eux. Bon nombre de médecins incompétents se glorifient de ce statut.

Je ne dirai pas qu'il faut fermer les portes du CHU TOKOIN mais il faut plutôt le transformer en un centre d'orphelinat. C'est rare de voir quelqu'un sourire quand on lui apprend que son proche gravement souffant est admis au CHU TOKOIN.

Même si tu te retrouves au CHU TOKOIN pour une simple carie dentaire il n' y a pas de garantie que tu sortiras vivant.

Le premier malheur de ma petite soeur c'est qu'elle venait de clinique. Les médecins des hôpitaux publics ne sont pas accueillants si le patient est transféré d'une clinique vers eux. Pourtant apart le vol et le détournement des médicaments des patients, ils ne savent plus rien faire.

Comment des médecins qui ont prêté le *serment d'hypocrate* peuvent abandonner un patient en pleine crise de samedi 22h jusqu'à dimanche 7h ? *Par quelle alchimie un autre médecin a-t-il trouvé la place dans la salle de réanimation polyvalente ?*

Même à supposer que les 25 lits de la seule salle de réanimation du Togo soient tous occupés il n y a pas d'alternative pour sauver une vie ?

Quelle est cette manière de faire souffrir la famille du patient en leur remettant chaque jour des ordonnances kilométriques quand vous même, savez que vous avez déjà programmé la mort du patient à cause de votre incompétence notoire ?

*Si tout le monde pouvait avoir le permis de port d'armes au Togo je parie que certains médecins vont immédiatement accompagner leurs patients dans l'eau de-la*. Les gens commettront trop de meurtres sous l'effet de la colère. Il n' y a pas une différence entre les djihadistes et ces médecins méprisent les patients

C'est vraiment frustrant le comportement de certains médecins dans les hôpitaux publics au Togo. Au CHU TOKOIN c'est la désolation.

*On ne peut pas vivre dans une misère et pour se sauver dans nos hôpitaux publics quand on est souffrant on finit par trouver la mort pour raison de négligence et de l'incompétence des docteurs ou médecins*.

Ce n'est pas possible. Ma petite sœur n'est pas la première à être victime de cette négligence et soin précaire dans cet hôpital. La preuve, bon nombre de patients au tour d'elle dans la salle de réanimation ont étaient morts avant elle.

Des morts en cascade ! *La réanimation polyvalente du CHU TOKOIN n'est là que de nom*. Même si vous avez acheté une tonne de médicaments, votre esprit doit être réservé au bon accueil, au bon traitement du patient et à la bonne qualité de soin.

Pour nous qui sommes des pauvres et qui ne connaissons aucune autorité pour qu'elle fasse pression sur ces médecins voyou, impolis, inconscients nous ne sortirons jamais du bout du tunnel. Voilà ce qui nous est arrivé cette semaine. *Si les togolais vont au CHU TOKOIN pour se soigner c'est pour raison de manque de moyens.

Si tout le monde avait les moyens pour se faire soigner dans les meilleurs cliniques au Togo, les hôpitaux publics surtout le CHU TOKOIN serait désert et servirait de domicile des sans-abris et de poulaillers*. Le corps de ma petite sœur repose à la morgue. Le bébé est vivant. Toute la famille est sous le choc.

Cette situation que je viens de vivre cette semaine doit forcément rappeler un mauvais souvenir à quelqu'un actuellement. Beaucoup de personnes ont perdu leurs amis, leurs parents ou leurs proches dans de pareilles situations.

Malgré nos cris c'est toujours le statu quo. *En quoi faut-il se réjouir d'être togolais si on n'a même pas le droit de se faire soigner ?* Même à voir l'état de cet hôpital plus besoin de dire que c'est un véritable mouroir. ANANI Isabelle l'a beau évité mais elle a fini par y perdre sa vie !,

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.