Cameroun: Maladies du cœur - Plus de 1 000 consultations à Meyomessala

Les populations de l'arrondissement et des villages environnants se sont rendues en grand nombre hier dans le district de santé de la commune et à la Fondation Chantal Biya.

Plus de 1 000 patients enregistrés à l'Hôpital de district de Meyomessala et à la Fondation Chantal Biya hier, au cours de la campagne de consultations gratuites " Cœur santé" lancée dimanche dernier par le ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie. Le message est donc très bien passé : vieux, jeunes, hommes et femmes se sont rendus massivement sur ces sites où des paramètres sur le taux de glycémie, la tension, le poids, sont relevés. Le but étant de vérifier si le cœur est en santé. Sur les lieux, plusieurs postes : accueil-orientation et prise des paramètres, médecine générale, cardiologie, ophtalmologie, odontostomatologie, chirurgie, entre autres.

Pour beaucoup, ce qui les amène, ce sont les problèmes des yeux. Mengue Zame, garçon de 10 ans, est venu, accompagné de sa mère, Berthe Flora Ella. Ils sont parmi les tout premiers a obtenir le ticket de consultation. Le cas de Mengue, est visiblement grave. Ses yeux sont emplis de larmes, mais de larmes de sang. Sa mère inquiète, espère trouver satisfaction auprès des spécialistes camerounais et européens pour ces consultations. « Depuis qu'il a l'âge de six ans, il a des problèmes avec ses yeux. Quand il fait chaud, il a du mal à voir. Il se met à avoir de violents maux de tête, se gratte les yeux et ses larmes se confondent avec du sang », confie Ella. Le retard dans la consultation de son fils explique-t-elle, est dû au manque de moyens.

La dame a donc profité de cette campagne pour bénéficier des soins gratuits pour son fils. C'est d'ailleurs le cas pour les milliers de patients rencontrés. Cette campagne est une aubaine. Salomé Eyamo, 46 ans, profite de la campagne pour faire son contrôle. Il y a peu, cette dernière a été diagnostiquée d'une gêne au niveau du cœur. La jeune dame a dû partir d'un autre arrondissement après avoir été mise au courant de l'organisation de cette campagne. « Je viens de l'arrondissement de Meyomessi dans le Dja-et-Lobo, à environ 30 km d'ici. J'avais très mal dans la poitrine quand je riais aux éclats. Il a été diagnostiqué un problème cardiaque. Je viens donc faire des contrôles car j'ai presque perdu la mobilité de mon bras droit. J'espère que mon état ne s'est pas aggravé », dit-elle, anxieuse.

Cette première journée consacrée aux différentes consultations seront suivies ce jour par des formations du personnel médical et paramédical pour une bonne prise en charge des patients. Pour l'heure, le directeur de l'Hôpital de district de Meyomessala, Dr Patrick Ndoudoumou, se réjouit de cette campagne qui se déroule dans sa formation hospitalière. En plus d'apporter des soins de qualité aux populations rurales et des grands Centres urbains, « la campagne va doter l'hôpital d'un matériel sophistiqué. Elle va également booster les fréquentations et améliorer les capacités du personnel dans la prise en charge ». Notons que la campagne « Cœur santé » est lancée sur tout le territoire national camerounais et s'achève demain.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.