Algérie: Energies renouvelables - L'Université "USTO-MB" d'Oran met le cap sur la production de silicium

Oran — Un nouveau projet dédié au développement des technologies solaires est porté par l'Université des sciences et de la technologie d'Oran "Mohamed Boudiaf" (USTO-MB) dans le cadre d'un partenariat inscrit au titre de la coopération scientifique algéro-japonaise, a-t-on appris mardi lors d'un colloque international consacré aux énergies renouvelables.

Il s'agit d'un projet de collaboration scientifique algéro-japonaise au titre du programme de "Partenariat dans la recherche scientifique et technologique pour le développement durable (SATREPS)", a précisé le professeur-chercheur Amine Boudghène-Stambouli dans une conférence donnée lors de cette rencontre ouverte lundi à l'auditorium de l'USTO-MB.

La production de silicium et des cellules photovoltaïques constituent les deux domaines ciblés dans le cadre de ce projet intervenant dans le sillage d'une précédente action de collaboration algéro-japonaise intitulée "SSB" (Sahara Solar Breeder / élevage de stations solaires).

Le programme "SSB" s'est déroulé sur une période de 5 années, donnant lieu en 2015 à l'étude de faisabilité d'un projet d'envergure de production électrique à partir du Sahara en vue de son acheminement vers le nord du pays, via les câbles supraconducteurs, a rappelé Pr Stambouli qui avait assuré le management technique de cette opération.

Le "SSB", a-t-il souligné, a aussi permis d'ériger l'USTO-MB au rang de premier établissement universitaire algérien producteur de silicium, et ce, suite à sa dotation en juin 2015 d'un équipement de haute technologie appelé "four à induction".

Le projet à venir au titre du "SATREPS" permettra à l'USTO-MB et à ses partenaires parmi les universités japonaises de joindre leurs efforts dans la recherche axée sur "la mise au point de nouvelles techniques à même d'élever davantage le niveau de pureté du silicium produit", a fait valoir Pr Stambouli.

La disponibilité des matières premières constitue un atout important pour la production de silicium à l'USTO-MB qui dispose, à cet égard, du sable saharien et de la roche "diatomée" contenue dans le gisement de Sig (wilaya de Mascara), a-t-il soutenu.

L'intérêt de ce projet scientifique a été également mis en relief par la rectrice de l'USTO-MB, Nacéra Benharrats, soulignant qu'il cadre parfaitement avec la stratégie nationale dédiée à la transition énergétique.

Une trentaine d'experts de différents pays participent au colloque international sur les énergies renouvelables et la conversion d'énergie, ouvert dimanche pour trois journées de conférences et ateliers techniques à l'auditorium de l'USTO-MB.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.