Congo-Kinshasa: Est du pays et Kampala déterminés à traquer les forces négatives

12 Novembre 2019

La RDC et l'Ouganda se sont convenus de traquer les forces négatives encore actives dans l'Est de Congo-Kinshasa. C'est du moins l'une des résolutions sanctionnant la rencontre entre Félix-Antoine Tshisekedi et son homologue ougandais Yoweri Museveni à Kampala.

La partie orientale de la République démocratique du Congo est encore en proie à l'insécurité qui entrave son développement. Cette situation est surtout perceptible en Ituri et dans le territoire de Beni (Nord-Kivu).

Soucieux de rétablir la paix et la sécurité dans l'Est du pays, le gouvernement congolais a, plus d'une fois, invité les forces négatives internes et étrangers encore actives à déposer leurs armes.

Curieusement, certains rebelles congolais et étrangers persistent et continuent à semer la panique et la désolation au sein de la population civile. L'attaque meurtrière lancée la semaine dernière par les ADF à Beni en est une illustration éloquente.

Déterminé à instaurer l'autorité de l'Etat dans son pays, le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, a évoqué cette question lors de son dernier voyage officiel effectué à Kampala.

Dans la capitale ougandaise, le chef de l'Etat congolais avec son homologue ougandais se sont convenus de travailler en étroite collaboration, rapporte le communiqué conjoint publié dimanche dernier au terme de sa visite officielle en Ouganda. Pour gagner ce pari, les deux personnalités ont décidé d'élargir leurs forces à celles d'autres Etats de la région.

Intégration régionale

A en croire la source, cette décision est consécutive à l'entretien que Félix Tshisekedi et Yoweri Museveni ont eu sur le sol ougandais, après avoir passé en revue l'état de paix et de sécurité dans la région des Grands Lacs. Un échange qui leur a permis de se rendre compte que la région des Grands Lacs se heurte encore à des problèmes entravant la stabilité et le développement.

Dans le même registre, les deux chefs d'Etat ont également abordé la question relative à l'intégration régionale et le rôle crucial qu'elle peut jouer dans la promotion de la paix et de la stabilité régionale.

L'opinion se souviendra que le gouvernement congolais a renforcé son dispositif militaire dans les deux provinces du Kivu. L'objectif poursuivi par cette opération est de traquer les rebelles congolais et étrangers qui pillent et endeuillent encore les populations civiles de cette partie de la République.

Depuis lors, les troupes loyalistes ont abattu un travail appréciable sur le terrain. Les informations en provenance de l'Est de la RDC font état de forces négatives neutralisées et d'autres capturées. Une situation qui, selon certains observateurs, est porteuse d'espoir dans la mesure où, les ADF ont causé d'énormes dégâts matériels et humains à Beni et ses environs.

C'est pourquoi, les efforts fournis par l'armée régulière dans l'Est du pays méritent des encouragements de la part du gouvernement congolais. Surtout, quand on sait qu'il est difficile de vaquer paisiblement dans un contexte d'insécurité. D'où l'impérieuse nécessité de neutraliser toutes les forces négatives qui handicapent le processus de développement dans la partie orientale du pays.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.