Madagascar: Surpopulation carcérale - La prison d'Antalaha asphyxiée

La prison de Moramanga et celle d'Antalaha sont les plus surpeuplées de la Grande Île.

A l'instar des prisons et maisons d'arrêt du pays, la prison d'Antalaha vit actuellement les affres de la surpopulation carcérale. Une situation déplorée par Liva Franco Gabriel Randrianasandratra, inspecteur d'administration pénitentiaire en service à la direction régionale de l'administration pénitentiaire SAVA. « La prison d'Antalaha compte actuellement 2.379 détenus alors que la capacité d'accueil est seulement de 285 prisonniers. Soit une surpopulation de dix fois supérieure à ce qui était prévue » note notre interlocuteur.

Une situation qui nuirait également aux respects de certains droits des détenus qui doivent faire - en plus de leur nombre assez important - avec la vétusté des infrastructures, le manque d'hygiène. Bref, tous les méfaits du système carcéral malgache liés à la promiscuité et les échanges d'expériences qui détruisent plus un individu que ne le corrigent. Interrogé sur la tranche d'âge des détenus, l'inspecteur Liva Franco Gabriel Randrinasandratra fait savoir : « outre les mineurs, les détenus de la prison d'Antalaha sont généralement dans la tranche d'âge de la population active. Ils sont entre 21 et 35 ans ». Par ailleurs, un projet serait actuellement en cours pour prévenir la délinquance juvenile dans les zones productrices de vanilles. Financé par le Peace Building Found, le projet en question touche également l'administration pénitentiaire d'Antalaha.

Bientôt. Le désengorgement de la prison surpeuplée d'Antalaha dépend de l'extension de la prison de Sambava. « Lancés vers le mois de septembre dernier, les travaux devraient prendre fin vers le mois de décembre de cette année ou encore au mois de janvier de l'année qui vient » explique l'inspecteur d'administration pénitentiaire Liva Franco Gabriel Randrianasandratra. L'opérationnalisation de la nouvelle structure devrait toutefois attendre un peu si l'on s'en croit toujours aux dires de l'interlocuteur. « Il y a encore beaucoup à faire.

Entre autres, la mise en place d'un système de sécurité répondant à la nouvelle situation » renchéri l'inspecteur. En effet, outre la mise en place d'un système de sécurité fiable et efficiente, l'administration pénitentiaire de la SAVA devrait également revoir l'effectif de son personnel. Ce serait seulement après que l'administration pénitentiaire devrait procéder aux transferts des détenus. Ce qui devrait se faire vers « les mois de juin ou d'août 2020 » prochains d'après les dires de Liva Franco Gabriel Randrianasandratra. Si les problématiques de la surpopulation carcérale sont criées par les observateurs, l'Etat de son côté a lancé des initiatives de réhabilitation, de construction de nouvelle prison.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.