Afrique du Sud: Délestage à Tana - Achat de nouveaux transformateurs en Afrique du Sud

Durant la période de réalisation des travaux de remplacement des câbles, les tananariviens vont devoir encore se préparer à supporter une période de coupures d'électricité.

Polémiques autour de la vague de limogeages qui vient d'être effectuée au niveau de la JIRAMA. Bon nombre d'observateurs estiment en effet que les responsables ont juste fait sauter des fusibles. Nul n'ignore que le limogeage du Directeur d'exploitation des réseaux interconnectés, du Directeur technique Eau Antananarivo, du Directeur de production d'électricité, du Directeur principal en charge de la Région Antananarivo, du Directeur Approvisionnement et Logistique, ainsi que de la Directrice de la Communication, ne résoudra pas les problèmes de délestage. Selon des explications techniques émanant des responsables au sein de la Société d'Eau et d'Électricité de Madagascar, le véritable problème pour Antananarivo n'est pas au niveau de la production mais c'est plutôt au niveau des réseaux de distribution et de transport d'énergie.

Il y aurait saturation des réseaux qui n'ont pas encore été remplacés faute d'argent, et en raison de transformateurs inadéquats, ainsi que des fils et câbles en fin de vie. La Direction générale, en ayant décidé d'opérer à cette série de limogeages, est pointé du doigt, notamment à travers les réseaux sociaux. Tout le monde sait que ceci n'est pas la solution. Nul n'ignore d'ailleurs que le ras-le-bol général causé par les problèmes de délestage représente une véritable menace pour la stabilité du régime Rajoelina. Faut-il rappeler que l'éradication du délestage figure parmi les promesses de campagne de l'actuel homme fort du pays.

Coupures d'électricité. Pour ce qui est d'Antananarivo, l'on sait que la production en électricité est largement suffisante pour couvrir les besoins des tananariviens. C'est la vétusté des matériels qui en seraient la cause des problèmes. Pour y remédier, le président Andry Rajoelina a donné l'ordre aux responsables de la JIRAMA de faire l'acquisition de nouveaux transformateurs. Les nouveaux matériels seront à Tana dans les plus brefs délais, a-t-on fait savoir. D'après les informations, les dirigeants de la JIRAMA seraient actuellement en contact avec des sociétés sud-africaines en vue de la comparaison des prix. C'est l'Etat qui financera l'achat de ces nouveaux matériels. Par ailleurs, une opération sera lancée incessamment en vue du remplacement de 300km de câbles d'alimentation et des isolateurs sur les poteaux. Rien que cette semaine, 60km de câbles vont être remplacés. Durant la réalisation de ces travaux, les tananariviens vont devoir encore se préparer à supporter une période de coupures d'électricité.

Réseau mafieux. Quoiqu'il en soit, mises à part l'acquisition de nouveaux transformateurs et l'amélioration du réseau de distribution, un assainissement est aussi de mise au niveau de la Société « Jiro sy Rano Malagasy ». Au niveau des hauts responsables étatiques, l'on sait que la vraie solution consiste au démantèlement d'un véritable réseau mafieux qui a opéré au sein de la JIRAMA depuis des années. Il existe des équipes composées de simples agents et de dirigeants qui ont fait de cette société d'Etat, une véritable vache à lait et qui se sont enrichis sur le dos des clients. Actuellement, plusieurs responsables et des employés de la société sont dans le collimateur de la Justice pour corruption et/ou détournement.

73 millions d'Ariary. Le cas d'une société sise à Ankadimbahoaka en est un exemple concret. En 2018, cette entreprise spécialisée dans la fabrication de plastiques a fait l'objet d'une facture de rappel de consommation d'un montant total de 73 millions d'Ariary pour avoir été surpris pour un vol de courant. Mi-août 2019, ladite Société a soumis à la JIRAMA une demande de règlement par le paiement d'un montant de 42 millions d'Ariary au lieu de 73 millions, assortie d'une proposition de paiement échelonnée de 12 mois, soit plus de 3.500.000 Ariary par mois à partir du mois d'août. Une proposition que la JIRAMA a rejetée en bloc. Pourtant, coup de théâtre, un haut responsable de la JIRAMA s'est intervenu pour ramener la somme de 73 millions Ar à seulement 7.900.000 Ar.

« Velirano ». Si le président Andry Rajoelina souhaite réaliser son « Velirano » qui consiste à offrir de l'énergie et de l'eau pour tous, il faut faire tourner les chefs de service et tous les agents de la JIRAMA. La plupart d'entre eux sont restés pendant trop longtemps dans un poste et maitrisent parfaitement le système. L'on attend aussi des sanctions exemplaires contre ces responsables impliqués dans des affaires de malversations.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.