Congo-Kinshasa: RDCB-CNUDH - Les cadres du Ministère des droits humains et du Comité interministériel des droit de l'homme formés sur les droits catégoriels

En partenariat avec le Gouvernement Congolais, le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l'Homme (BCNUDH) a organisé, du 12 au 13 Novembre 2019, dans la salle de conférence de la Paroisse Notre Dame de Fatima, un atelier de renforcement des capacités de 30 cadres du Ministère des droits humains et 20 membres du Comité Interministériel (CIDH) en droits catégoriels.

C'est en perspective d'assurer une protection et une promotion intégrale de tous les droits reconnus par les instruments internationaux, régionaux et nationaux par le Ministère des droits humains (MINDH), et le Comité Interministériel des droits de l'homme (CIDH) en droits catégoriels. En effet, c'est pour que le personnel de ces structures puisse avoir une compréhension et une vision holiste des droits de l'homme. Car, l'une des missions du BCNUDH est l'assistance technique et le renforcement des capacités des institutions nationales chargées de la protection et de la promotion des droits de l'homme en RDC.

L'organisation de cet atelier de renforcement des capacités des cadres du MINDH et du CIDH s'inscrit dans ce cadre. En effet, l'indivisibilité et l'interdépendance sont, entre autres, les principales caractéristiques des droits de l'homme. C'est pourquoi, l'organisation de cette session de formation sur les droits catégoriels et les groupes spécifiques est importante.

Il y a lieu de préciser que cette formation permettra au personnel du MINDH et du CIDH d'acquérir des connaissances relatives aux droits de l'enfant, de la femme, des réfugiés et personnes déplacées ; des personnes vivant avec handicap, des personnes vivant avec le VIH/SIDA ; à la lutte contre les violences sexuelles et en protection des victimes et témoins.

Car, la volonté de l'Etat congolais de promouvoir et de protéger les droits de l'homme et les libertés fondamentales de ses citoyens s'est notamment, traduite par son adhésion à plusieurs instruments juridiques au plan international et régional. Et, par la création d'un ministère en charge des droits de l'homme. Ce département ministériel dont la mission principale est de mettre en œuvre la politique du Gouvernement en matière de droits de l'homme a engrangé des acquis grâce au dynamisme et au professionnalisme du personnel qui l'anime.

Aussi, en vue de respecter ses engagements conventionnels, l'Etat congolais a créé un Comité Interministériel des droits de l'homme dont la mission est, d'une part, la préparation des rapports dus notamment, aux organes des traités et autres mécanismes régionaux et internationaux de surveillance des droits de l'homme et, d'autre part, le suivi de la mise en œuvre des recommandations issues desdits mécanismes.

Toutefois, des défis demeurent et les limites du personnel du MINDH et du CIDH quant à l'accomplissement de sa mission sont observables.

Considérant non seulement que les droits de l'homme sont transversaux et imbriqués, il est apparu nécessaire pour le BCNUDH, de renforcer les connaissances et les compétences techniques et opérationnelles du personnel du MINDH et du CIDH en droits catégoriels.

L'organisation de cette session de formation vise à outiller le personnel du MINDH et du CIDH afin qu'il soit plus compétent dans l'accomplissement de leurs missions régaliennes.

Pour ce faire, le Directeur du BCNUDH, Abdoul Aziz Thioye, a encouragé les participants à s'approprier le contenu de la formation. En outre, il a réaffirmé l'engagement du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l'Homme à œuvrer aux côtés des instances congolaises et faire leurs promotions. Car, les résultats attendus après cet atelier que les capacités techniques et opérationnelles du MINDH et du CIDH soient améliorées afin que les droits de l'homme et les libertés fondamentales des congolais à travers le MINDH et le CIDH soient mieux défendus, protégés et promus.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.