Sénégal: Réduction de la mortalité due à la pneumologie chez les enfants - Le pays compte arriver à 20 décés pour 1000 naissances vivantes

13 Novembre 2019

Le Sénégal est à 51 décès pour mille naissances vivantes, d'après l'enquête Endss 2018 sur la pneumonie. Un taux qui devrait être réduit jusqu'à 20 décès pour mille naissances vivantes. Selon le docteur Alioune Badara Tall qui s'exprimait hier, mardi, lors de la journée dédiée à la maladie, le Sénégal a les moyens d'y arriver à l'horizon 2030.

L'objectif mondial de réduire le taux de décès en pneumonie chez les enfants de 0 à 5 ans en 2030 est de 25 décès pour mille naissances vivantes.

Toutefois, le Sénégal se veut plus ambitieux en élevant la barre pour 20 décès pour mille naissances vivantes alors que les décès se situent en 2018 à 51 décès pour mille naissances vivantes.

Selon le docteur Alioune Badara Tall, il est possible d'en arriver à ce résultat. « La disposition mise en place par le ministère de la Santé et de l'action sociale permet de prendre en charge le patient atteint de pneumo même au plus bas de la pyramide sanitaire à savoir les cases de santé.

La maladie se guérit et le personnel sanitaire est bien formé pour prendre en charge cette pathologie » a-t-il fait savoir.

Pour le Sénégal, rien que de janvier à octobre 2019, 84041cas de pneumonie ont été détectés et docteur Tall de renseigner : «95,5% de ces cas sont traités avec des antibiotiques ».

Pour ce qui touche la mortalité ; ce sont 2800 enfants soit 12% des décès des 0 à 5ans. « L'évolution de la mortalité infanto juvénile est en baisse régulière depuis 2017.

Cependant, ce qui est inquiétant reste la mortalité néonatale dont les infections et les naissances prématurées compliquent la prise en charge» a déclaré docteur Tall. Concernant les facteurs favorisants, le médecin a évoqué la malnutrition, l'anémie, la drépanocytose et l'infection à Vih Sida.

Et de tirer la sonnette d'alarme : « par ailleurs, la rationalisation de la prescription des antibiotiques est un impératif car leur utilisation abusive favorise l'émergence de bactéries multi-résistantes qui est devenue une grande préoccupation de santé publique dans notre pays ».

La pneumologie est la branche de la médecine s'intéressant aux pathologies respiratoires, principales cause de décès chez les enfants de moins de 5 ans dans le monde. Elle est aussi la deuxième cause de mortalité avec 27% après la mortalité due aux affections néonatales, de l'ordre de 40%.

Au Sénégal pour cette journée mondiale de la maladie, les acteurs comptent mettre l'accent sur l'information et la sensibilisation afin de conscientiser les parents à amener leur enfant dans les structures de santé une fois que celui-ci commence à développer un des signes déclencheurs de la maladie comme la toux, des irritations ou encore des écoulements nasals.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.