Sénégal: Code de la Presse - Entrée en vigueur de la nouvelle Convention collective, dés janvier 2020

13 Novembre 2019

Du fait du retard dans la prise des Décrets d'application du Code de la presse, Mamadou Ibra Kane, le président du CDEPS, est convaincu que certaines entreprises (de presse) auront du mal à se conformer à la nouvelle Convention collective.

Cependant, alors que Bamba Kassé, le Secrétaire général du SYMPICS, prévient le patronat, montrant que ce texte n'a rien à voir avec la prise d'un quelconque Décret d'application, l'Inspection du travail promet de jouer sa partition pour le respect de cette Convention.

Les patrons de presse du Sénégal ont jusqu'au 31 décembre 2019, date limite du moratoire signé par le bureau du Conseil des Diffuseurs et Editeurs Presse (CDEPS) et celui du Syndicat des professionnels de l'information et de la communication du Sénégal (SYNPICS), pour se conformer à la nouvelle Convention collective nationale du secteur des médias.

Seulement, interrogé par la Rfm, sur l'effectivité de l'entrée en vigueur de cette Convention dès la fin de ce moratoire, Mamadou Ibra Kane, président du CDEPS, a relevé quelques inquiétudes.

«Les Décrets d'application du Code de la presse n'ont pas été pris alors que le Code de la presse est adopté depuis juin 2017. Donc, certaines entreprises de presse auront encore plus de difficultés pour respecter cette nouvelle Convention collective», a-t-il déclaré.

Toutefois, le Secrétaire général du SYMPICS, Bamba Kassé, démontre que ce texte n'a rien à voir avec la prise d'un quelconque Décret d'application, comme le stipule le président des patrons de presse Mamoudou Ibra Kane.

Mieux, prévient-il, «il ne faut surtout pas qu'on mette dans la tête des gens qu'il faut d'abord un Décret d'application, que les Fonds d'appui et autres soient mis en place pour respecter la Convention. C'est archi faux ! En réalité, son application ne devait même pas prendre un an car la loi, elle, est claire». (Voir par ailleurs)

Selon Seneweb, du côté de l'Inspection du travail, Amar Diop, adjoint de l'Inspecteur régional du travail, promet de tout mettre en œuvre pour le respect de cette convention.

D'ailleurs, ajoute-t-il, «nous n'hésitons pas à aller faire des vérifications et contrôle dans les entreprises de presse.

Moi-même, j'ai eu à faire des vérifications dans des entreprises de presse notamment à l'Observateur. Et nous n'hésitons pas, en tant qu'inspecteur du travail, à faire ces visites dans les entreprises de presse», pour faire respecter la loi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.