Congo-Brazzaville: Formation et emploi - Les travailleurs de l'ex-Onemo en grève

Les agents ont débrayé depuis le 12 novembre, accusant la tutelle d'avoir détourné un mois de leur salaire.

Depuis la scission de l'ex- Office national de l'emploi et de la main d'œuvre (Onemo) en deux structures distinctes (l'Agence congolaise pour l'emploi et le Fonds national d'appui à l'employabilité et l'apprentissage), en mai dernier, le commissaire à la scission-dissolution, Patrick Gamassa, avait pris l'option d'éponger la dette sociale des travailleurs avant l'installation des directeurs généraux des deux nouvelles sociétés.

Des sources proches de cet établissement public, les travailleurs comptabilisent à ce jour trois mois d'arriérés de salaire alors que le Trésor public, selon la même source, aurait décaissé une somme de trois cents millions FCFA la semaine dernière pour la paye de deux mois ; étant donné que la masse salariale est de cent cinquante millions francs CFA par mois.

Aux dernières nouvelles, les travailleurs n'ont vu virer dans leur compte bancaire qu'un seul mois. Cet état de fait a impacté sur le programme d'installation des deux nouveaux directeurs généraux qui devraient prendre les fonctions, le 15 novembre. L'événement a dû être reporté au regard du mouvement de grève qui paralyse l'établissement.

Rappelons qu'à l'issue de la signature de l'acte de scission de l'ex-Onemo, le 12 mai 2019 à Brazzaville, le ministre de tutelle, Antoine Thomas Nicéphore Fylla Saint Eudes, avait indiqué que le commissaire de la scission-dissolution assurerait la gestion des affaires courantes avant l'installation effective des organes de direction des deux structures créées.

De plus, avait-il ajouté, tous les agents seront reversés dans ces deux sociétés et devraient subir une formation soit pour un réemploi, soit pour une reconversion.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.