Congo-Brazzaville: Consommation - Le gouvernement s'explique sur la flambée des prix dans le marché

Le ministre du Commerce, des approvisionnements et de la consommation, Claude Alphonse Nsilou, a indiqué, le 13 novembre à l'Assemblée nationale, que les péages et pésages routiers, la pénurie de devises ainsi que le surcoût des séjours prolongés des conteneurs au port de Pointe-Noire étaient à l'origine de la hausse des prix observée dans le pays ces derniers mois.

Parmi les sujets abordés au cours de la séance de questions orales avec débat au gouvernement, il y a eu la situation du panier de la ménagère qui fait couler tant d'encre et de salive. « S'agissant de la flambée des prix dans le marché constatée ce dernier temps, le Congo traverse une situation économique très difficile qui a fortement dégradé le pouvoir d'achat des ménages. L'argent se raréfie, l'argent ne circule plus. Dans ces conditions, nous ne pouvons pas accepter une quelconque augmentation des prix des produits de première nécessité quelle qu'en soit la raison », a martelé le ministre en charge du Commerce, devant la représentation nationale. Il a annoncé la tenue sous peu d'une réunion interministérielle afin d'apprécier la situation et y apporter des solutions appropriées.

Le ministre Alphonse Claude Nsilou a indiqué que la pénurie de devises a servi de déclencheur, créant des tensions au niveau des stocks du fait des difficultés que connaissent les commerçants pour payer leurs fournisseurs afin de reconstituer les dépôts. Ainsi, il a annoncé que le gouvernement travaillait actuellement pour fluidifier le traitement des dossiers au niveau des banques en vue de permettre aux commerçants de payer leurs fournisseurs et reconstituer les stocks avant les fêtes de fin d'année.

Le membre du gouvernement a également reconnu que la rareté des produits a engendré des comportements opportunistes chez certains commerçants. « Il y a eu surenchère de la flambée des prix qui a suscité tant de mécontentements au niveau de la population. Pour ramener les prix à un niveau raisonnable, accessible à toutes les bourses, nous avons demandé à tous les importateurs de vendre les produits de première nécessité en prix homologués en janvier 2019 », a-t-il poursuivi, précisant que cette mesure publiée a entraîné la baisse des tensions observées ces derniers jours et que le gouvernement s'attèlera pour que ces prix soient appliqués sur toute l'étendue du territoire national.

Conduisant la délégation gouvernementale, le Premier ministre, Clément Mouamba, est allé également dans le même sens, jusqu'à qualifier de vol la décision des commerçants consistant à l'augmentation des prix des produits de première nécessité. « Les augmentations auxquelles nous assistons c'est le vol. (... ) Un Etat responsable ne peut pas laisser faire », a dénoncé le chef du gouvernement, estimant qu'à l'heure actuelle on ne peut pas encore parler de la baisse des prix au niveau des péages.

Le président de l'Assemblée nationale, Isidore Mvouba, a de son côté condamné ce qu'il appelle « une augmentation sauvage des prix » qui amenuise le pouvoir d'achat des ménages aujourd'hui. Saluant la décision prise par le gouvernement en vue de contrer cette hausse, il a rappelé que le Congo avait déjà géré par le passé une telle situation. « Nous devons gérer au mieux cette situation pour que les Congolais puissent acheter les denrées sur le marché moins cher qu'elles le sont aujourd'hui. A l'époque, il y avait sur le marché des mercuriales, les prix étaient dictés. Aujourd'hui, nous ne retrouvons plus les étiquettes les marchandises, c'est la grande porte ouverte à la spéculation », a conclu Isidore Mvouba.

Notons que sur les ministres attendus, neuf ont répondu présents. Les questions des dix-huit députés ont porté sur tous les domaines de la société. Il s'est agi, entre autres, de l'éducation, de la diversification de l'économie, du climat des affaires, de l'accord avec le Fonds monétaire international, de l'automatisation de la retraite et de l'agriculture.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.