Afrique: MEDAYS 2019 - Faire plus pour assurer l'intégration africaine

Photo: Institut Amadeus
Initiative « Union Africaine : Concrétiser la nouvelle intégration africaine »
14 Novembre 2019

Des efforts importants ont été faits dans le cadre du projet d’intégration de l’Afrique. Toutefois beaucoup d’efforts restent à faire, surtout en ces périodes d’incertitudes mais aussi avec les différentes entraves au projet d’intégration de l’Afrique.

Les  travaux de la 12ème  édition du  Forum Medays  ont débuté ce mercredi 13 novembre, à Tanger, au Maroc, sous  le thème « La crise de confiance : faire face à la subversion et aux incertitudes ». Le premier workshop de la journée a réuni autour d’une même table les anciens présidents du Nigéria et du Mali, Olusegun Obasanjo et Diocounda Traoré ainsi que  d’autres participants.

Les débats très riches ont porté sur l’intégration du continent africain en perspective de l’entrée en vigueur de la Zone de libre-échange continentale.

Prenant la parole, l’ancien président du Nigéria, Olusegun Obasanjo a fait l’historique de l’organisation de l’unité africaine (Oua), en retraçant les combats que les pères fondateurs ont mené sur le plan politique pour la décolonisation totale du continent africain. L’OUA atteindra toutefois ses limites en 2003. Il a fallu changer de cap selon le président Obasanjo.

La décision fut alors  prise par les dirigeants africains de l’époque a-t-il rappelé de passer  de  l’OUA à l’Union africaine (UA). La nouvelle organisation devait corriger les erreurs du passé. Il fallait aller plus loin notamment en se fixant de nouveaux objectifs.  Des objectifs plus ambitieux en matière d’intégration économique. La mise sur pied du Nouveau partenariat pour le développement économique de l’Afrique  (NEPAD) permettra à cette dernière  d’entrer dans l’arène internationale, avec des propositions concrètes, face à ses partenaires. Mais aujourd’hui, l’actualité, c’est l’agenda 2063 et tous les enjeux qu’il comporte ainsi que la zone de libre-échange continental. Pour ce sage de l’Afrique, même si  28 pays ont déjà signé la charte  et  plus de 50% des membres de l’Union africaine l’ont déployé, ce n’est pas assez. Il faut faire plus selon Olusegun Obasanjo.

Que faire de plus ?     

Faire plus « pour aller plus vite et plus loin » comme le souhaite le président Obasanjo, consistera  selon Diocounda Traoré en une mutualisation des forces. Il faut donc éviter d’essayer de travailler tout seul dans son coin.   « Les africains oublient qu’ils sont africains » a déclaré Diocounda Traoré. Pour dire que le danger qui menace le projet d’intégration africaine, c’est de se replier sur soi-même. Cette attitude constitue selon lui   la «  catastrophe ». Si les intérêts individuels sont mis en avant au détriment de l’intérêt collectif semble soutenir l’ancien président du Mali, il n’y aura pas d’intégration économique ou bien le temps que l’on mettra pour y arriver sera plus long. L’intégration doit se faire maintenant surtout en cette période d’incertitudes.

Qui a intérêt à ce que l’Afrique ne s’intègre pas ?

Cette question importante a été posée lors des débats. En réalité, le constat a été fait qu’à chaque fois que l’Afrique réfléchit sur un programme et procède à sa mise en œuvre et commence à l’exécuter, un programme ayant les mêmes objectifs est mis en avant par d’autresorganisations internationales. L’exemple du Nepad avec les Objectifs du millénaire pour le développement(OMD) et aujourd’hui  l’agenda 2063 de l’Union africaine doit faire face aux   Objectifs de développement durable. La difficulté pour les pays africain de devoir gérer deux agendas visant pratiquement les mêmes objectifs constitue à coup sûr un facteur de blocage.

 

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.