Afrique: Burkina # Ouganda - Un nul qui sonne comme un échec

Les Etalons du Burkina ont effectué leur première sortie dans les éliminatoires de la CAN Cameroun 2021. Le mercredi 13 novembre 2019 au stade du 4-Août, ils ont été tenus en échec par les Cranes de l'Ouganda sur le score de 0 but partout. Un nul qui sonne comme une défaite, car au même moment dans le groupe B, le Malawi battait le Sud-Soudan par 1 à 0.

Ils étaient beaucoup attendus les Etalons du Burkina, dans leur antre du stade du 4-Août. Dans un premier temps, il fallait s'imposer pour aborder de la meilleure des manières les éliminatoires de la CAN 2021.

Ensuite, il fallait s'imposer pour redonner espoir au peuple et se réconcilier avec ce public qui a assisté impuissant à l'élimination de son équipe de la précédente CAN.

Malgré tout cela, les Etalons ne feront pas mieux qu'un match nul face à cette formation des Cranes qui, elle était là à Ouagadougou pour juste empêcher les locaux de dérouler leur jeu. Mieux, ils avaient la fraîcheur athlétique qu'on leur connaît.

Le schéma de jeu était tout aussi étrange que le 11 de départ du sélectionneur Kamou Malo. Si, en défense, c'était du classique avec Edmond Tapsoba, qui a pris depuis un bout de temps la place de Bakary Koné dans l'axe central, devant et surtout sur le front de l'attaque, c'est une ligne offensive inédite. Franc Lassina et Eric Traoré sont titularisés au détriment d'Aristide Bancé et d'Alain Traoré.

Tout compte fait, les nôtres vont allumer les premières brindilles de la partie. Jonathan Pitroipa, dans le rôle de meneur de jeu, coulisse un ballon pour Cyrille Bayala dans le couloir droit.

Celui-ci sert au point de penalty Eric Traoré qui voit sa balle de but contrée sur la ligne par un défenseur adverse. Après cela, le match retombe dans un faux rythme, au grand bonheur des Ougandais. A la demi-heure de jeu, les Etalons obtiennent un coup-franc d'une vingtaine de mètres.

En l'absence d'un frappeur, Charles Kaboré préfère jeter la balle dans la bouteille. L'expérimenté portier ougandais, Denis Onyango, prend le ballon au-dessus des têtes. 5 minutes plus tard, et sur la même distance, Bryan Dabo frappe directement, mais au-dessus des buts ougandais.

La 4e balle arrêtée ne sera pas mieux exploitée que les précédentes. Le capitaine Charles, à la manœuvre, envoie le ballon au 3e poteau. Bryan tente de le redresser, mais n'y arrive pas (0-0 ; 41e mn).

Manque de meneur de jeu

Au retour de la pause, on reprend les mêmes et on recommence. Le jeu des Etalons est brouillon. Les latéraux, qui devraient prêter main forte aux joueurs offensifs, montrent les limites de leur technicité sur les débordements. Yacouba Coulibaly est volontaire dans le couloir gauche, mais ses centres laissent à désirer.

Quant à Steve Yago, il est toujours dans le dur. C'est dans ce schéma que le public burkinabè va connaître la plus grosse frayeur. Les Ougandais touchent le poteau de Babayouré Sawadogo, battu sur un corner (0-0 ; 50e mn).

Il fallait se réveiller, et c'est le sociétaire de la Fiorentina en Italie, Bryan Dabo, qui essaye. Sur un corner mal repoussé par la défense adverse, Dabo frappe, le ballon est contré et passe à côté (0-0 ; 54e mn).

Dans ce jeu offensivement stérile, le coach Malo jette dans la bataille Aristide Bancé et Alain Traoré à la place d'Eric et de Franc Lassina Traoré.

Le jeu gagne en percussion surtout avec Alain qui a tenté beaucoup de frappes, comme celle de la 85e sur une longue distance. Malheureusement le portier adverse capte le ballon qui venait comme une fusée.

S'il y avait un bon harcèlement sur les défenseurs des Cranes, la plaie de l'équipe était que le dépositaire du jeu des Etalons était Jonathan Pitroipa.

C'est vrai qu'il dribble toujours bien, mais tout cela est sans apports, car il dézone énormément si bien qu'il se retrouve souvent dans son propre bastion défensif sans qu'on comprenne son rôle exact.

0 à 0 au coup de sifflet final, l'Ouganda a réussi son coup. Il a joué très bas et n'a pas laissé de faille. Le regret est du côté des Etalons. Kamou Malo a tenté de minimiser l'échec à domicile. «Tout n'a pas été mauvais dans le contenu du match. Nous avons loupé des occasions, et c'est le fait de n'avoir pas marqué, qui constitue le seul remord.

Ce que je tire de positif, c'est l'engagement des joueurs. Nous allons positiver pour la 2e sortie. Si l'Ouganda nous a tenu en échec ici, c'est qu'on peut aller s'imposer au Soudan, et nous allons pour gagner », a-t-il dit en conférence de presse.

Le capitaine Charles Kaboré pense qu'on peut mal démarrer une campagne et bien la terminer. «On n'a pas perdu, c'est un point de pris. On est découragé, mais on doit vite se reprendre le dimanche».

Le score est de parité entre les 2 équipes, mais c'est un euphémisme que de dire que le résultat sonne comme une défaite.

Maintenant que le Malawi a battu le Soudan du Sud par 1 à 0 et a pris la tête du groupe B, il faut vite aller gagner à Khartoum le dimanche pour rester dans le wagon de tête. Et pour ça, il faut carrément produire un meilleur football.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.