Maroc: La réponse du berger à la bergère - La FRMSS n'y va pas avec le dos de la cuillère

Notre légitimité n'est pas à mettre en cause et le ministère s'est bel et bien soustrait à ses obligations en évoquant la vacuité des caisses

Le comité directeur de la Fédération Royale marocaine de sauvetage sportif (FRMSS) n'a pas tardé à répondre à la mise au point du ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, concernant l'organisation du Championnat du monde de sauvetage, prévu en 2020 au Maroc.

Dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion tenue récemment, la FRMSS explique que «la mise au point du ministère comporte plusieurs contrevérités concernant la mise à niveau de la FRMSS qui avait déjà tenu une assemblée générale extraordinaire, le 18 mai 2019 en présence des représentants du ministère et du Comité national olympique marocain (CNOM) et des autorités compétentes, pour rendre conformes son statut et son règlement intérieur avec les dispositions de l'article 30-09 relatif à l'éducation physique et au sport». «La FRMSS a ensuite déposé son dossier légal le 21 mai 2019», précise la même source. Et d'ajouter : «La Fédération de sauvetage n'a reçu aucune observation du ministère, 8 mois après le dépôt du dossier».

En ce qui concerne l'organisation du Championnat du monde de sauvetage, prévue à Agadir, le comité directeur explique que la Fédération a déposé un dossier complet auprès du ministère de tutelle le 18 juillet 2018. L'instance fédérale a, par ailleurs, démenti avoir reçu une invitation du ministère pour assister à une quelconque réunion qui aurait été prévue le 2 octobre dernier, comme le précise le communiqué du ministère.

Dans ce contexte, le comité directeur s'est dit surpris par la demande du ministère d'examiner les raisons de l'organisation du Championnat du monde de sauvetage et de discuter les modes de financement et la contribution de chaque partie, tout en mettant en doute la légitimité de la FRMSS et par là son aptitude à organiser un évènement sportif international. Le comité directeur a également souligné que la Fédération a demandé, le 11 octobre dernier, à rencontrer le ministre pour discuter de l'organisation du championnat du monde. «Une réunion a donc été programmée le 1er novembre et à laquelle ont assisté le secrétaire général de la Fédération internationale de sauvetage sportif, le secrétaire général de la Confédération africaine et des membres de la FRMSS», précise le communiqué de la Fédération. Et d'ajouter : «Tout le monde a été surpris par l'absence du ministre, malgré la programmation de ce rendez-vous des jours auparavant, se contentant de charger son directeur de cabinet de transmettre un message aux représentants de la FRMSS et de la Fédération internationale, selon lequel le ministère ne dispose pas des ressources financières nécessaires pour organiser un évènement sportif de cette ampleur».

La FRMSS précise, dans son communiqué, que ses représentants ont déjà organisé plusieurs rencontres avec différents responsables dans le cadre de l'organisation de cet évènement, notamment le chef du gouvernement, la direction de coopération au ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, le ministère du Tourisme, le wali de la région Souss-Massa et le maire d'Agadir, entre autres.

Il est enfin à noter que des efforts considérables ont été déployés par la FRMSS afin d'arracher l'organisation de ce championnat du monde des mains de l'Australie qui était prête à débourser des millions de dollars pour l'emporter et après un rude combat avec l'Afrique du Sud, la Russie et le Chili. L'organisation de cette manifestation pourrait, par ailleurs, constituer un levier économique important pour notre pays et plus particulièrement pour la région de Souss. Elle contribuera également au développement du tourisme puisqu'elle devra attirer des milliers de personnes des différents continents.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.