Sénégal: Mesures sécuritaires à l'UCAD - A vos cartes, étudiants et personnel !

14 Novembre 2019

Entrer au sein du campus social de l'université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) n'est plus une chose aisée. Aucune entrée n'est permise sans présentation de la carte d'étudiant et autres badges d'accès pour le personnel administratif et enseignant.

Pour faire face à l'insécurité au campus social de l'université cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), le centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud) a pris de nouvelles mesures de sécurité. Il s'agit de mettre les étudiants dans les meilleures conditions sécuritaires et de travail possible.

Cette opération de sécurisation n'est pas anodine. Les services de Abdoulaye Sow, directeur général du COUD, avaient procédé à une arrestation d'étudiants à la chambre 39 du pavillon D, pour détention et trafic de chanvre indien, dont la quantité est estimée à 500 grammes.

Ainsi, d'importants dispositifs sécuritaires sont mis sur pied dans les entrées du campus social. En face de l'avenue Cheikh Anta Diop, 4 vigiles se pointent devant les portes électriques sécurisées en fer pour mieux filtrer l'accès et les sorties au sein du campus.

«Désormais pour accéder à l'intérieur, il faut se munir soit de sa carte d'étudiant ou de sa pièce d'identité», renseigne le vigile trouvé devant la porte.

Selon Khalifa Diagne, cette nouvelle mesure concerne l'ensemble de campus sociaux. Elle vise à répondre la logique du nouveau directeur du COUD selon laquelle de moderniser les universités en matière de sécurité.

Le chef de département de gestion de la cité universitaire affirme que cette décision a été retenue à la suite d'une série de rencontres entre le nouveau directeur et les différentes parties prenantes, notamment les étudiants.

«La sécurité fait défaut dans les campus sociaux surtout au niveau des entrées», explique-t-il. Ainsi, Abdoulaye Sow a pris la décision de confectionner des portes au niveau de chaque entrée mais également de mettre en place un dispositif de contrôle et de filtrage des personnes et des biens et même des véhicules.

«De plus, il y'aura également d'autres contrôles qui se feront à l'intérieur de la cité. Nous avons mis un dispositif de veille en termes de renseignement pour afin arriver à identifier toutes les personnes qui ont des présences suspectes dans les cités universitaires et également à veiller à ce que les activités illicites comme le trafic de drogue ou autres ne se passent plus dans les campus sociaux», informe Khalifa Diagne.

Pour le bon déroulement des contrôles, le chef de département de gestion de la cité universitaire invite les étudiants à être compréhensifs sur le système de contrôle et de filtrage.

«Cette mesure va permettre de renforcer la sécurité des étudiants et des personnels surtout en cette période ou plusieurs menaces comme le terrorisme ou le trafic de drogue sont fréquents», confie Oumar Barry, étudiant en master2 au département.

Dans la même foulée, Mamadou Hamidou Sy, étudiant, se félicite de «cette belle initiative» tout en invitant également à ses camarades étudiants à accompagner le directeur dans son projet.

«La nouvelle mesure va permettre de faire face à l'insécurité qui a toujours sévi au sein du campus comme le vol, le trafic de chanvre indien et autre qui ne riment pas avec le vrai comportement de l'étudiant» se réjouit M.SY.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.