Angola: Le pays se félicite des recommandations sur les droits de l'homme

Luanda — Le gouvernement angolais a accueilli avec satisfaction les recommandations formulées par les 110 États membres du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies lors de la 34ème session du Groupe de travail pour l'examen périodique universel (EPU).

Les recommandations ont été formulées lors des considérations finales relatives à l'adoption préliminaire du rapport d'application du troisième cycle de l'évaluation périodique universelle, tenue mardi à Genève, en Suisse.

Selon la Secrétaire d'Etat aux droits de l'homme et à la citoyenneté, Ana Celeste Januário, qui s'est exprimée devant le Palais des Nations à Genève, l'Angola estime que les remarques et les recommandations présentées par le groupe de travail sur l'Examen périodique universel (EPU) des Nations Unies sont «très utiles et constructives". Elle a indiqué que les suggestions contribueraient au renforcement des mécanismes nationaux de promotion et de protection des droits de l'homme, dont beaucoup sont conformes au Plan de développement national 2018-2020. Lors de la présentation le 7 de ce mois, de ce rapport, le ministre des Relations Extérieures, Manuel Augusto, a déclaré que la promotion et la protection des droits de l'homme constituaient un défi permanent pour le gouvernement angolais, qui enregistre des améliorations notables, notamment depuis le début du nouveau cycle politique, inauguré par le Président de la République, João Lourenço, en 2017.

Parmi les indicateurs les plus représentatifs des progrès réalisés dans le domaine des droits de l'homme, Manuel Augusto a mis en exergue l'indice de développement humain, qui est passé de 0,532 en 2015 à 0,581 en 2018, reflétant une augmentation considérable. L'évaluation périodique universelle (EPU) est le processus créé en avril 2008 par le Conseil des droits de l'homme pour améliorer la situation des droits de l'homme dans chacun des États membres des Nations Unies (ONU). Elle vise à examiner la situation de tous les États sur la base des obligations énoncées dans la Charte des Nations Unies et dans les instruments relatifs aux droits de l'homme, ainsi que dans le droit international humanitaire. L'EPU examine le respect des obligations et engagements en matière de droits de l'homme des 193 États membres des Nations Unies tous les quatre ans.

L'Angola est membre du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies de 2018 à 2020 et il avait déjà été dans les périodes 2007-2010 et 2010-2013.

Le Gouvernement angolais a présenté en novembre 2014 et mars 2015 le deuxième rapport périodique universel sur la promotion et la protection des droits de l'homme dans le pays. Le premier a été présenté en 2010.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.