Congo-Kinshasa: La BAD salue la signature d'un accord pour le projet pont route-rail Kin-Brazza

13 Novembre 2019

En marge de la deuxième édition du Forum Africain de l'Investissement, qui s'est tenue du 11 au 13 novembre 2019 à Johannesburg, la Banque Africaine de Développement (BAD) a saisi cette occasion pour saluer la signature de l'accord relatif au projet du pont route-rail entre Kinshasa et Brazzaville.

On rappelle que l'événement est intervenu le mardi 12 novembre, en présence des partenaires principaux ainsi que des délégués de la CEEAC (Communauté Economique des Etats de l'Afrique Centrale), notamment Jean-Jacques Bouya, ministre de l'Aménagement, de l'Equipement du territoire et de Grands Travaux pour la République du Congo, Akimwumi Adesina, président de la Banque Africaine de Développement(BAD), Elysée Munembwe, Vice-première ministre et ministre du Plan de la République Démocratique du Congo, et Alain Ebobissé, Directeur général d'Africa 50.

C'est le lieu de signaler qu'après cette ratification, Africa 50 devra fixer les principes de coopération pour l'élaboration, la construction, l'opérationnalisation et la maintenance du pont.

Il faut relever que cet accord devrait servir de soubassement aux appels d'offres, à la recherche de partenaires techniques stratégiques et à la mobilisation des financements.

On rappelle que ce projet s'inscrit dans le cadre du Pida (Programme de Développement des Infrastructures au niveau continental). L'ouvrage à réaliser se présente sous la forme d'un pont à péage de 1.575 mètres de longueur sur le fleuve Congo. Il comprendra une voie ferrée, une route à double ligne, des passages pour piétons et un poste de contrôle frontalier de part et d'autre.

Hormis cela, il sera connecté aux infrastructures routières existantes dans chaque pays, pour un coût estimé en 2017 à 459 millions de dollars. Cette connexion directe entre Kinshasa et Brazzaville devrait permettre d'augmenter le trafic actuel, estimé à 750.000 personnes et à 340.000 tonnes de fret par an, à plus de 4 millions de personnes et plus de 3millions de tonnes de fret d'ici 2025. Il devrait également contribuer au développement des corridors de transport Est-Ouest et Nord-Sud de l'Afrique.

Pour sa part, Elysée Munembwe, qui a représenté la partie congolaise, a rappelé les enjeux économiques de cet ouvrage à l'échelle régionale et panafricaine, car il va constituer une liaison de transport essentielle pour la réalisation de la voie transafricaine qui regroupera plusieurs corridors, de Tripoli (Libye) à Cape Town (Afrique du Sud), en passant par Windhoek (Namibie).

De son côté, le ministre Jean-Jacques Bouya du Congo/Brazzaville s'est réjoui du rapprochement économique entre les deux Congo à l'aube de l'entrée en vigueur de la Zlecaf (Zone de Libre Echange Continental Africaine).Pour Akinwumi Adesina, ce projet va établir un lien direct entre Kinshasa et Brazzaville les deux capitales le plus proche du monde.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.