Togo: 3 200 producteurs recensés et plus de 6 milliards de FCFA de revenus par an

14 Novembre 2019

L'étude VCA4D sur la filière ananas au Togo livre ses résultats demain Vendredi à Lomé. C'est ce que renseigne un communiqué de Délégation de l'Union Européenne au Togo, dont copie a été envoyée à notre rédaction. Selon le document, il s'agit d'une étude réalisée avec l'appui technique et financier de l'Union européenne.

Il est indiqué que « dans le cadre du 11ème FED, l'Union européenne en partenariat avec le Gouvernement Fédéral d'Allemagne cofinance un "projet d'appui à la compétitivité de la filière ananas au Togo" dont l'objectif est de rendre plus compétitif l'ananas togolais et ses produits dérivés tels que le fruit séché et le jus d'ananas sur les marchés régional et international ».

Dans cette dynamique, cette étude vient donc « renforcer le projet en cours avec des informations plus actualisées sur la filière et constitue un outil d'aide à la décision pour les investissements privés et pour le dialogue politique avec le gouvernement.

Elle donne des orientations sur les actions à entreprendre pour assainir l'environnement des affaires et rendre la filière beaucoup plus compétitive et créatrice d'emplois et de revenus et fournit d'informations sur les créneaux porteurs sur lesquels les startups peuvent se positionner.

L'étude révèle que le Togo dispose d'avantages comparatifs pour la production biologique et la vente en frais ainsi que la transformation dans les micros, petites et moyennes entreprises offrent de bonnes perspectives de développement ».

En attendant d'en connaitre un peu plus sur cette étude, nos sources indiquent que « l'étude couvre quatre dimensions à savoir économique, sociale, environnementale et fonctionnelle » et que « l'analyse révèle que la production d'un hectare d'ananas génère un revenu annuel qui varie entre 403 000 et 1 388 000 FCFA selon les zones.

La filière emploie plus de 3 200 producteurs et génère plus de 6 milliards de FCFA de revenus par an dont 233 millions pour l'Etat. Elle contribue à l'amélioration de la balance commerciale nationale avec un excédent commercial de plus de 3,6 milliards de FCFA par an ».

Aussi, révèle-t-on que « la Chaîne de valeur présente des effets positifs dans les domaines de l'égalité du genre, de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et du capital social.

Toutefois, la filière est encore peu attractive pour les jeunes à cause de la pénibilité du travail et que « l'étude révèle l'émergence d'initiatives de transformation peu diversifiées ; la plupart des transformateurs travaillent sur l'ananas séché et le jus.

Ceux-ci font face à plusieurs défis notamment le coût élevé de l'énergie, la difficulté d'accès à l'emballage ou encore le coût élevé de la certification.

Il revient au secteur privé de saisir les opportunités qui sont derrières les défis que présentent le développement de la filière car là où se trouvent les difficultés il y a toujours des opportunités ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.