Comores: Le président appelle l'opposition à participer aux législatives

En marge du Forum de Paris pour la paix auquel il a participé, le président Azali Assoumani a lancé un appel à tous à participer aux élections législatives du 19 janvier prochain dont l'union de l'opposition a d'ores et déjà annoncé le boycott.

Le président comorien a qualifié la participation de l'ensemble de la classe politique aux prochaines élections législatives de « souhait ardent » de sa part. Pour lui, il est clair que tous doivent œuvrer ensemble.

Les partis politiques de l'union de l'opposition sont néanmoins unanimes pour boycotter ce scrutin. Selon leur porte-parole, Abdourazak Ibrahim Razida, cette main tendue du président Azali n'est qu'une posture qu'il a tenu à adopter sur la scène internationale, tout en continuant à éluder le problème de fond : la mainmise de l'exécutif sur la CENI et la chambre constitutionnelle de la Cour suprême.

L'union de l'opposition reste tout de même ouverte au dialogue, à condition qu'il se tienne sous l'égide d'une institution internationale. Le président ne peut en aucun cas en être juge et partie, a martelé l'opposition qui affirme compter dans ses rangs de nombreux exilés et prisonniers politiques.

Elle rappelle que plusieurs opposants, dont l'ancien président Sambi, ont dépassé la durée légale du placement en mandat de dépôt pour instruction d'une affaire, sans pour autant avoir recouvré la liberté. « Faux », répond Azali Assoumani, assénant lors de sa dernière intervention que les Comores sont un pays de droit.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.