Congo-Brazzaville: Riposte à Ebola - Le personnel soignant renforce ses capacités

Vingt-cinq cadres du Centre hospitalier universitaire (CHU) ont entamé, le 14 novembre à Brazzaville, un atelier de formation en prévention et contrôle des infections pour la préparation aux épidémies.

Organisé avec l'appui de la Croix-Rouge française (CRF), l' atelier qui doit durer deux jours vise, de manière plus générale, la requalification du personnel du CHU. A l'issue de la formation, les participants devront être capables de mettre en œuvre les mesures de protection individuelles et collectives ; repérer les symptômes évocateurs de la maladie à virus Ebola ; mettre en place les procédures d'isolement des patients suspects ou décédés ; et enfin, savoir identifier les personnes contact du patient suspect.

Dans ce cadre et forte de son expérience acquise durant les interventions en réponse aux épidémies, notamment lors des deux dernières épidémies (9e et 10e) de maladie à virus Ebola ayant touché la République démocratique du Congo, la CRF a développé une approche de prévention et contrôle des infections du système de santé ayant pour objectif de protéger les structures de santé susceptibles de recevoir des patients contaminés. Cette protection constitue une priorité car il s'agit des premières personnes contaminées dans les premiers temps de l'épidémie, entraînant une altération préjudiciable du fonctionnement du système de santé. La formation des personnels de santé et la mise en place de procédures de détection et d'isolement font partie des premières actions simples à mener dans les hôpitaux.

A noter que la formation proposée est suivie, à quelques jours de distance, par une simulation permettant une mise en situation par les équipes de l'établissement. La formation est organisée sur deux journées complètes et la simulation sur une journée, selon une méthodologie de pédagogie favorisant les interactions avec les formateurs. L'équipe de formation sera accompagnée par des volontaires et personnels de la Croix-Rouge du Congo dans une logique de renforcement des capacités pour de futures formations.

Insistant sur l'importance que revêt cette formation dans une démarche de lutte contre la maladie d'Ebola, incluant la phase de réponse immédiate des hôpitaux lors de l'apparition potentielle des premiers cas suspects, Sylvain Villiard, directeur général du CHU, a indiqué: « Il s'agit de voir comment prendre en compte l'accueil ; de bien identifier si c'est vraiment une maladie à virus Ebola ; une fois identifiée, comment protéger nos employés, puisque c'est souvent les premiers à s'infecter, il faut donc se protéger contre l'environnement, etc. ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Ebola

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.