Congo-Brazzaville: Arts plastiques - Les peintres de l'Ecole de Poto-Poto réclament leur subvention

Réclamations et sollicitation ressortent des propos tenus par les artistes peintres de la prestigieuse école, le 14 novembre.

Par la voix du vice-président de leur association, Jacques Iloki, les artistes peintres de Poto-Poto, qui ont multiplié les demandes d'audience au ministère de la Culture et des arts se sont plaints.

« Nous avons multiplié les demandes d'audience pour rencontrer le ministre, notre tutelle, mais elles sont restées sans succès. Nous voulons le rencontrer pour trois choses, à savoir les factures impayées suite au vol de nos tableaux de peinture, notre subvention qui est utilisée ailleurs, et enfin les préparatifs des 70 ans d'existence de notre école, fondée en 1951 par le Français Pierre Loods », a déclaré Jacques Iloki.

En effet, pendant les vacances de 1996, deux mois durant, la société de communication MTN Congo avait pris ses quartiers dans l'enceinte de l'École de peinture de Poto-Poto pour organiser une kermesse, en partenariat avec le ministère de la Culture et des arts, à l'époque du ministre Léonidas Carel Mottom Mamoni. Lors de cette kermesse, les peintres de Poto-Poto ont perdu six de leurs tableaux d'une valeur de plus de deux millions cinq cents francs CFA, volés dans les heures tardives par les cambrioleurs. Informé de la situation, le ministre avait demandé aux peintres de poser le problème à la société de télécommunication MTN Congo, et lui qui avait ordonné la tenue de la kermesse devait appuyer la revendication des peintres.

« Suivant les instructions du ministre de la Culture et des arts de l'époque, nous nous sommes rendus à MTN, qui nous a renvoyés au ministère qui avait encaissé tous les frais relatifs à l'organisation de cette kermesse. Le ministre Léonidas Carel Mottom Mamoni n'étant plus au gouvernement, et l'État étant une continuité, nous avons informé son successeur, Bienvenu Okiemi, puis l'actuel ministre de la Culture et des arts, Dieudonné Moyongo. Mais, ce que nous déplorons, c'est le fait que le ministre ne veut pas nous recevoir », a indiqué Jacques Iloki.

Outre cette revendication, le vice-président de l'Association des artistes peintres de Poto-Poto a déploré également le fait que jusqu'à ce jour, ils ne reçoivent toujours pas leur subvention. « Nous voulons que le ministère nous explique pourquoi nous ne voyons toujours pas notre subvention. Nous travaillons ici et les bénéficiaires sont d'autres personnes. Pourquoi cette injustice ? C'est comme si nous sommes en train de planter un arbre pour que d'autres personnes en tirent profit. Jusqu'à quand allons-nous observer cette situation ? Nous voulons en parler avec le ministre, mais lui, ne veut pas nous recevoir. Qu'allons-nous faire alors », s'est-il interrogé.

Enfin, les peintres se demandent comment vont-t-ils organiser les festivités marquant les 70 ans de la fondation de leur école si le ministre de tutelle continue de ne pas les recevoir. « En 2021, notre école va totaliser 70 ans d'existence. L'événement sera célébré au premier trimestre de l'an 2021. Quinze mois ce n'est pas beaucoup, nous voulons en parler avec lui qui est notre tutelle. Mais hélas, ses portes sont fermées », ont regretté les artistes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.