Algérie: Des spécialistes mettent en garde contre l'impact des réseaux sociaux sur la cohésion de la société

Alger — Des universitaires et des spécialistes ont mis en garde, jeudi à Alger, contre l'impact des réseaux sociaux sur la cohésion de la société et sur la santé des jeunes, appelant les pouvoirs publics à mettre en place une stratégie "globale" afin d'assurer un meilleur usage de ces technologies de communication et de protéger la société de tous les dangers.

Intervenant lors d'une journée d'étude organisée par le Conseil national des journalistes algériens (CNJA), sous le thème "impact des réseaux sociaux sur la société, enjeux et défis", des universitaires et experts dans le domaine ont alerté quant aux conséquences négatives des réseaux sociaux (facebook, twitter... ) sur la sécurité et la stabilité du pays, ainsi que sur la santé notamment des jeunes.

Dans ce contexte, le professeur Abderrahmane Ammar a souligné que "les réseaux sociaux sont devenus, aujourd'hui, une 'véritable république' avec un nombre de 2,450 milliards d'abonnés", précisant que "le pays vit à une ère de bouleversement technologique réel".

Selon l'intervenant, "le bouleversement numérique fait peur, en raison de la dépendance totale de la frange juvénile des réseaux sociaux, au détriment de leur santé physique et psychologique".

Pour sa part, l'universitaire Lazhar Marok a affirmé que les pouvoirs publics et toutes les institutions de recherche scientifique devraient mener une étude "approfondie" sur les effets des réseaux sociaux, soutenant que "des parties extérieures et internes exploitent ces espaces pour attenter à l'unité nationale et propager de fausses informations pour semer la discorde".

Lire aussi: Réseaux sociaux: les journalistes appelés à la vigilance pour éviter le piège des fake news

Assurant que des services de renseignements étrangers et des multinationales exploitent les réseaux sociaux notamment pour la collecte d'informations sur les sociétés, M. Marok a relevé, en outre, que "ces plateformes numériques servent aussi à la désinformation, à semer le désespoir et la frustration parmi les jeunes, ainsi qu'à véhiculer des critiques souvent sans fondements sur les actions des autorités publiques".

"Les abonnés aux réseaux sociaux sont assaillis quotidiennement par un flux continu d'informations, la plupart sont des fake news, à telle enseigne que les utilisateurs ne sont pas en mesure de les vérifier et de les authentifier", a-t-il fait savoir encore.

De son côté, le politologue Slimane Laâradj a noté que les réseaux sociaux font partie d'une "immense révolution numérique" pouvant provoquer, selon lui, "une confusion voire un sentiment d'infériorité pour ceux qui ne peuvent pas la maitriser".

Confirmant que les effets des réseaux sociaux peuvent être "néfastes" pour la cohésion de la société, M. Laâradj a appelé les médias et les institutions en charge du secteur de l'information à réagir à travers de "nouveaux mécanismes pour se repositionner dans ce domaine à défaut de disparaitre".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.