Madagascar: Coupures d'eau et d'électricité à Tana - Andry Rajoelina annonce des mesures d'urgences

« La JIRAMA est une Société d'Etat qui a des dirigeants et des employés. Mais nous ne pouvons pas rester les bras ballants et laisser la population dans cette situation de souffrance en permanence. C'est pour cela que j'ai décidé de prendre en main, moi-même, la situation ».

C'est en ces termes que le président Andry Rajoelina a réagi par rapport aux coupures incessantes de l'électricité et aux problèmes d'approvisionnement en eaux potables qui frappent actuellement la ville d'Antananarivo. Se comportant en « Homme d'Etat », le président de la République refuse de se rejeter la responsabilité. « Nous devons trouver des solutions coûte que coûte.

A chaque problème, on doit trouver une solution », rassure-t-il. Il, c'est le numéro Un d'Iavoloha qui aurait déjà convoqué une réunion d'urgence avec les responsables au niveau de la JIRAMA.

« Des solutions d'urgence vont être apportées dès demain », a-t-il annoncé hier en marge de la cérémonie de pose de premières pierres de l'Académie Nationale des Arts et de la Culture qui s'est tenue à Ambohitsorohitra.

Pour l'heure, il choisit d'entretenir le suspense en ce qui concerne les tenants et aboutissants des solutions que l'Etat va apporter pour résoudre les problèmes de la JIRAMA.

En effet, Andry Rajoelina envisage d'effectuer une descente au niveau des sites de la JIRAMA dans les prochaines heures afin de constater de visu la vétusté des infrastructures. C'est lors de cette descente qu'il prévoit de révéler sa stratégie pour combattre les coupures de courant et contre les problèmes d'approvisionnement en eau.

Vétusté des matériels. En ce qui concerne l'eau, le Chef de l'Etat a expliqué que le besoin de la population d'Antananarivo est de 300.000m3, pourtant, les infrastructures actuelles de la JIRAMA ne produisent que 180.000m3.

Il y a donc insuffisance de la production par rapport à la demande. Il a aussi évoqué la vétusté des infrastructures. Le président a notamment cité l'état des tuyaux qui datent de la première République en 1960, du temps où la JIRAMA était encore connue sous l'appellation Eau et Electricité de Madagascar.

Pour ce qui est de l'électricité, il n'y a que six sous-stations qui alimentent toute la Province d'Antananarivo, a expliqué Andry Rajoelina. Par ailleurs, la vétusté des matériels est aussi sources des coupures répétées de l'électricité. Face à toutes les difficultés actuelles, Andry Rajoelina lance un appel au calme à l'endroit du peuple malgache.

« On est dans une période de difficulté. Je connais la souffrance des gens qui sont privés d'eau mais de notre côté, on ne cesse de chercher des solutions, comme ce fut le cas ce jour pour le quartier de Faravohitra », a-t-il fait savoir.

Le président de la République de réitérer que l'eau et l'électricité pour tous fait partie de ses engagements envers le peuple malgache.

Des « Velirano » qu'il entend réaliser intégralement. On aura donc plus de détails sur la stratégie que le Chef de l'Etat va avancer pour résoudre les problèmes de la JIRAMA dans les jours qui viennent.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.