Congo-Kinshasa: La Suède disposée à poursuivre son accompagnement dans la réalisation de différents projets

En visite officielle de travail en République Démocratique du Congo durant quatre jours, le ministre suédois de la coopération internationale, Peter Eriksson, a été reçu ce jeudi 14 novembre 2019 par le Vice-ministre à la coopération internationale et régionale, Me Valéry Mukasa. A Kinshasa, il a également rencontré le Premier ministre Ilunga Ilunkamba et d'autres partenaires avant de s'envoler à Goma, au Nord-Kivu pour le reste de sa mission.

Il ressort des différents échanges que la Suède soutien les opérations militaires menées contre les groupes armés dans l'Est de la RDC, la politique de lutte contre la corruption et l'impunité exécutée par le gouvernement congolais. Cependant, la RDC a des nombreux défis à relever, reconnaît l'homme d'Etat Suédois. Ce dernier affiche également la volonté de la Suède d'accompagner le gouvernement Ilunkamba dans la recherche des ressources nécessaires pour la réalisation des différents projets. Cela va se manifester notamment, par le renforcement de la collecte des impôts et du secteur de la Justice.

La coopération suédoise est active en RDC depuis plusieurs années, à travers plusieurs programmes d'interventions dans les domaines humanitaire et de développement, ainsi que la situation sécuritaire à l'Est du pays. En perspectives, plusieurs projets d'intérêts communs bénéfiques aux deux pays sont en cours d'évaluation par les deux parties. Notamment, le programme de réduction de la corruption et l'appui aux médias et à la presse libre et indépendante dans le cadre de l'ouverture de la démocratie. Toujours dans la même direction, le ministre suédois a signalé que son pays est déjà en concertation avec le gouvernement congolais sur la possibilité de coopérer dans le secteur de la gouvernance, la démocratie, la paix et la sécurité dans l'est du Congo. "La Suède restera toujours aux côtés de la RDC par des appuis dans le renforcement de la démocratie et le respect des Droits de l'Homme", rassure Peter Eriksson qui a passé deux jours à Kinshasa pour discuter de la situation politique et de l'avenir de la Coopération entre la RDC et la Suède.

"Avec le Premier ministre, nous allons maintenant travailler sur le sujet de la corruption dans le domaine judiciaire et celui des impôts ensemble entre la Suède et la RDC. On a parlé du soutien de la Suède qui est déjà très grand, on s'est dit qu'on pouvait l'élargir si on voit une différence par rapport à la corruption, l'impunité, la démocratie, les droits de l'homme et la liberté de la presse".

Peter Eriksson a déclaré que le Congo est un pays fantastique avec plusieurs opportunités et des grands défis à relever. A cette occasion, il a salué la nouvelle vision du chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, qui vise la lutte contre la corruption pour la bonne gouvernance en RDC, précisant que c'est un élément important qui créer un environnement propice pour les investisseurs étrangers.

A bas la corruption et l'impunité

La Suède apporte son appui financier et technique pour renforcer le programme de lutte contre la corruption, de réduction des violences sexuelles et appui aussi le secteur de la Santé dans la lutte contre Ebola en RDC. En ce qui concerne l'appui de la Suède, le ministre suédois a annoncé qu'un budget d'investissement sera octroyé à la RDC pour renforcer son secteur minier pour la transparence. A cette occasion, le Vice-ministre de la Coopération internationale et Régionale, Me Valéry Mukasa a mentionné le fait que la coopération permet d'élargir l'assiette budgétaire du gouvernement congolais en vue de relever des défis majeurs pour le développement et l'amélioration des conditions des vies de la population congolaise, grâce aux partenaires de confiance.

"C'est nous qui avons sollicité que le FMI, la Banque mondiale et les autres partenaires puisent nous accompagner et s'il y a des conditions auxquelles nous devons accéder afin de mériter leur confiance, nous ne pouvons que le faire. Nous sommes confiants et allons faire le maximum en ce qui nous concerne pour atteindre cela. Le Gouvernement s'appui d'abord sur son budget au regard des différents défis que nous avons. Il est relativement faible, raison pour laquelle nous nous sommes tournés vers l'extérieur pour que nous puissions élargir notre assiette et répondre aux besoins qui sont les nôtres", a-t-il souligné.

Le vice-ministre a également évoqué la question du retrait de la Monusco qui, malgré son appui en matière de sécurité, doit partir progressivement. "Et tout naturellement, il faut que nous assurions nous-mêmes la sécurité de notre pays".

Aussi, la question du meurtre de deux experts de l'ONU, Zaïda Catalan et Michael Sharp assassinés dans des conditions non encore élucidées en RDC, a été soulevée. Aux prises avec les médias, Peter Eriksson a précisé que la question reste toujours ouverte et que tout monde travaille afin que ce problème soit clos. "Certains ont été arrêtés et la plupart sont encore libres. Il y a un changement lent, mais qui promet", dit-il.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.