Congo-Brazzaville: Le saviez-vous ? Les effets néfastes des réseaux sociaux sur la santé

Aujourd'hui, les réseaux sociaux en ligne comme Facebook, Instagram ou encore Snapchat sont devenus des outils quasi incontournables pour créer et maintenir des liens sociaux. Mais une étude réalisée par l'Université de Pennsylvanie a montré qu'une fréquentation trop assidue de ces plates-formes favorisait un état dépressif.

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont sélectionné cent quarante-trois élèves âgés de 18 à 22 ans, répartis en deux groupes distincts. Le premier groupe devait limiter sa navigation sur les réseaux sociaux à dix minutes par jour alors que le second n'avait aucune restriction de durée. L'expérience a été menée durant une période de trois semaines.

Le résultat de cette étude a montré que les adolescents invités à réduire le temps passé devant les réseaux sociaux éprouvaient un sentiment d'apaisement et étaient moins susceptibles de succomber à la dépression. Ce ressenti était plus fort pour les élèves qui présentaient un mal-être au début de l'expérience. Suite à cette étude, les chercheurs de l'Université de Pennsylvanie préconisent une durée maximale de trente minutes par jour sur les réseaux sociaux.

Mais Olivier Le Deuff, de l'Université Montaigne, à Bordeaux, regrette que les responsables de cette étude n'aient pas plus creusé la question. Selon lui, il aurait été intéressant d'analyser l'impact des réseaux sociaux en fonction de critères comme le niveau social des enfants, leur implication dans la vie collective, les activités sportives qu'ils pratiquent.

De leur côté, des chercheurs de la Royal society for public health ont montré qu'en plus de solitude et de dépression, les adolescents trop présents sur les réseaux sociaux ont un sommeil plus perturbé, or les insomnies sont connues pour occasionner des troubles de l'attention et du contrôle des émotions.

Aujourd'hui, les plates-formes d'échange ont séduit trois milliards d'individus soit 40 % de la population mondiale. Les dirigeants de Facebook et d'Instagram ont bien compris l'emprise que peuvent susciter les réseaux sociaux chez les jeunes (et les moins jeunes). Aussi des alarmes devraient-elles être installées sur les pages personnelles des utilisateurs pour leur signaler des temps de connexion jugés excessifs. Évidemment, ce garde-fou n'a pas été créé par altruisme mais une protection est devenue nécessaire pour éviter que les utilisateurs des réseaux sociaux finissent par se détourner définitivement de cette forme de communication considérée comme trop virtuelle.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.