Maroc: L'industrie 4.0, une opportunité à saisir pour accéder à un nouveau palier de développement

Mieux tirer parti de la quatrième révolution industrielle

Après avoir réussi la mise en place d'écosystèmes performants, le Plan d'accélération industrielle (PAI) devrait appréhender les nouvelles tendances à l'échelle internationale, notamment l'industrie 4.0, qui constitue une opportunité formidable à saisir par le Maroc pour accéder à un nouveau palier de développement, a souligné, mercredi à Casablanca, le ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Economie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy.

Afin de mieux tirer parti de la quatrième révolution industrielle, la nouvelle version 2.0 du PAI doit assurer une convergence des modes de production actuels avec les caractéristiques de l'industrie du futur et doter le capital humain des compétences requises pour répondre aux exigences des emplois de l'avenir, a-t-il indiqué à l'ouverture de la conférence "Global Industry 4.0" tenue sous le thème "l'Industrie 4.0 comme nouveau modèle industriel".

Le ministre s'est dit en outre confiant en la capacité des ressources humaines du Royaume à cerner les mutations du monde industriel, notant qu'elles sont appelées à maîtriser de nouvelles tâches et de nouveaux matériaux, rapporte la MAP.

Il est nécessaire également de rapprocher davantage les entreprises et les universités pour favoriser la recherche scientifique, à l'instar des partenariats réussis dans plusieurs pays développés, a-t-il ajouté, rappelant la mise en place par l'OFPPT de programmes de formation sur mesure conçus conjointement avec les professionnels dans divers secteurs.

Le Maroc doit poursuivre sur sa lancée positive dans des industries comme l'aéronautique et l'automobile qui ont réalisé des taux d'intégration satisfaisants, a-t-il ajouté, mettant l'accent sur l'importance d'anticiper les transformations et les trends de l'avenir pour assurer une meilleure position concurrentielle.

Pour sa part, Moncef Belkhayat, vice-président du Conseil régional Casablanca-Settat, a relevé le rôle important qui incombe aux régions pour appréhender la dernière des révolutions industrielles, rappelant l'article 80 des prérogatives de la région qui l'érige en un acteur majeur du développement économique pour les entreprises et les entrepreneurs.

Il a également plaidé pour l'opérationnalisation des propositions formulées lors de cette rencontre afin d'être en phase avec les exigences de l'industrie 4.0 basée sur la digitalisation des processus et l'excellence de l'homme, notant que le Maroc n'est pas épargné de cette tendance et du changement des rapports de force sur l'échiquier international.

Animée par l'émergence de nouvelles technologies, l'industrie 4.0 ou "l'industrie du futur" désigne une nouvelle génération d'usines connectées, robotisées et intelligentes. Avec la révolution numérique, les frontières entre le monde physique et digital s'amenuisent pour donner vie à une usine 4.0 interconnectée dans laquelle les collaborateurs, les machines et les produits interagissent.

Organisé par le magazine "Industrie du Maroc", ce business forum d'envergure internationale réunit plus de 500 professionnels et experts de divers horizons pour débattre des enjeux et défis de l'industrie 4.0 en Afrique et dans le monde.

Cette rencontre initiée sous l'égide du ministère de l'Industrie, du Commerce, de l'Economie verte et numérique en partenariat avec l'Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) et les différentes fédérations et associations à vocation économique et industrielle, prévoit une série d'ateliers et de panels pour décortiquer des thématiques liées à l'implémentation de l'industrie 4.0.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.