Cote d'Ivoire: Accord international sur la biodiversité/ Protocole de Nagoya - Des experts élaborent un plan d'action de mise en œuvre

15 Novembre 2019

Un atelier d'opérationnalisation du Protocole de Nagoya, qui a réuni plusieurs experts africains à Grand-Bassam s'est tenu, hier, à l'initiative du ministère de l'Environnement et du Développement Durable.

Le Protocole de Nagoya est un accord international sur la biodiversité. Il vise, selon François Kouablan, représentant le ministre en charge de l'Environnement, un partage juste et équitable des avantages découlant de l'utilisation des ressources génétiques (plantes, animaux, bactéries ou d'autres organismes) dans un but commercial, de recherche ou d'autres objectifs.

« C'est un instrument juridique important pour plusieurs territoires, notamment pour les pays en voie de développement concentrant 80% des ressources génétiques mondiales dont la Côte d'Ivoire. Notre pays, dispose d'une richesse inestimable en diversité biologique à savoir, la diversité des écosystèmes, la diversité des espèces et celle des gènes. », a-t-il indiqué.

Ces ressources naturelles permettent de soutenir les efforts du pays, réduire la pauvreté et faire l'adaptation aux changements climatiques. Elles constituent aussi des sources de revenus, de médicaments, d'aliments etc., poursuit l'émissaire du Professeur Joseph Séka Seka. Abondant dans le même sens, Peter Schauerte, responsable de cette initiative pour l'appui à la mise en œuvre du Protocole de Nagoya en Côte d'Ivoire, souligne que la perte de la biodiversité représente l'un des plus grands défis de l'humanité alors qu'elle se présente comme une bonne aubaine de résilience.

Le Protocole de Nagoya financé par plusieurs bailleurs dont le Ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (Bmz), la Francophonie, la Norvège, la Suisse et l'Union Européenne, est géré par le Giz.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.