Angola: Le Gouvernement crée un système national de surveillance maritime

Luanda — Le Gouvernement a créé, par décret, le Système national de surveillance maritime (SINAVIM), organe de coordination intersectoriel chargé de garantir l'exercice des droits souverains et juridictionnels dans les eaux intérieures, la mer territoriale et la zone économique exclusive.

L'organe créé en vertu du décret n ° 59/09 du 26 octobre vise également à assurer le partage d'informations entre les organismes impliqués en mer.

Ce fait a été annoncé vendredi à Luanda par le ministre de la Défense nationale, Salviano de Jesus Sequeira, lors de l'ouverture du séminaire international sur la sécurité maritime dans le golfe de Guinée.

Selon le responsable, pour la mise en place de cet organe, un groupe de travail chargé faire fonctionner le SINAVIM a été mis en place, coordonné par le ministère de la Défense nationale, qui disposera d'un centre national de coordination et de surveillance maritime.

Le centre national sera soutenu par quatre centres régionaux en construction dans les régions de Cabinda, Soyo, Lobito et Namibe.

Parallèlement, le programme de renforcement de la marine de guerre angolaise a été mis au point. Outre l'installation de matériel de surveillance et d'observation à longue et courte portée, il prévoit également l'acquisition de navires de différentes tailles pour effectuer des patrouilles, des missions océaniques, la fouille et le sauvetage.

Ainsi, à son avis, les forces de défense et de sécurité angolaises pourraient contribuer davantage à la sécurité de la plate-forme maritime de la Commission du golfe de Guinée et au-delà.

Selon lui, cela rendra plus efficace la coopération avec les pays qui consomment les ressources énergétiques stratégiques qui sont exploitées dans l'espace maritime de la région.

En effet, selon le ministre, la sécurité du golfe de Guinée pose d'énormes défis aux États membres, compte tenu de l'étendue de la zone, de la vulnérabilité des frontières entre les États.

En outre, sa dimension géostratégique s'ajoute à ses ressources naturelles et aux menaces croissantes de la criminalité transnationale, du terrorisme, du trafic de drogue et du trafic d'êtres humains.

Il a ajouté que ces défis, associés à la piraterie, mettaient en danger la paix, la stabilité et le commerce.

En vertu du Code de conduite de Yaoundé, l'Angola a été nommé coordonnateur de la zone A de la région des Grands Lacs, en partage avec la République du Congo et la République démocratique du Congo (RDC). Parmi les sujets abordés, le séminaire d'une journée a porté sur "l'exercice de l'autorité des États côtiers en mer: réponses et défis mondiaux" et "les défis, la sécurité maritime et les perspectives futures de la coopération multinationale dans le golfe de Guinée". Le séminaire a résulté de l'accord de coopération en matière de défense entre l'Angola et le Portugal, en particulier en ce qui concerne les actions prévues dans le programme-cadre 2018-2021 et l'initiative portugaise appelée «Mer ouverte».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.