Congo-Kinshasa: Au moins 160 ONGDH exigent le maintien de sanctions internationales contre les priches de Kabila

16 Novembre 2019

Plus de 160 organisations de défense des droits de l'Homme dont la Voix des Sans Voix (VSV) et les Amis de Nelson Mandela pour les droits de l'homme (ANMDH) ont insisté, ce vendredi 15 novembre, pour que l'Union européenne (UE) maintienne ses sanctions contre certains caciques de Joseph Kabila, l'ancien chef de l'État.

Ces ONG accusent l'actuel gouvernement de n'avoir pas déclenché le processus judiciaire contre les caciques de l'ancien régime. « Nous, organisations de défense des droits de l'Homme congolaises, estimons qu'il serait judicieux que les sanctions ciblées prises à l'égard des hauts responsables congolais et d'autres soient maintenues tant qu'ils n'auront pas fait l'objet d'une procédure judiciaire pour leur implication dans les graves violations des droits humains qui ont prévalu à la prise de ces sanctions », renseigne leur communiqué conjoint. Pour ces ONG, le manque d'initiative judiciaire les pousse à demander le maintien des proches de Kabila qui ont commis de graves violations de droit de l'Homme en RDC.

Elles estiment que l'alternance au sommet de l'État ne peut pas justifier la levée des sanctions. « L'alternance civilisée au sommet de l'État ne peut pas être utilisée comme une raison primordiale pour la levée des sanctions, car les auteurs de tous ces crimes impunis vont jubiler devant un peuple victime et impuissant. L'UE devrait se mettre du côté des victimes, qui veulent garder espoir de voir la justice rendue en leur faveur », conclut leur communiqué.

Pour rappel, l'UE avait adopté le 12 décembre 2016 et le 29 mai 2017 les sanctions contre 14 hautes personnalités congolaises pour « entraves au processus électoral en RDC et aux violations des droits de l'homme ». Les sanctions ont été prolongées d'un an, en décembre dernier.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.