Sénégal: A Ndiassane, Madické Niang invite les jeunes à s'inspirer de l'oeuvre de Cheikh Bouh Kounta

Ndiassane — Le candidat malheureux à la présidentielle dernière, Me Madické Niang, a invité samedi à Ndiassane, la jeunesse sénégalaise à s'inspirer de l'œuvre de Cheikh Bouh Kounta, patriarche de cette cité religieuse, dans un contexte marqué par une perte des valeurs.

Me Madické Niang était accompagné de deux autres candidats malheureux à la présidentielle Idrissa Seck et Issa Sall, en plus de Hadjibou Soumaré, venus rendre visite au Khalife de Ndiassane, Cheikh Bécaye Kounta, à la résidence Keur Bouh, à l'occasion du Gamou de ladite cité religieuse.

Ils avaient auparavant été reçus par le porte-parole du Khalife, Pape Abdourahmane Kounta.

La 136-ème édition du Gamou de Ndiassane est axée sur le thème : "Problématique de la crise des valeurs : diagnostic et solutions selon le modèle kountiyou".

"Nous n'avons pas besoin d'aller loin. Le Sénégal a d'illustres fils qui peuvent être aujourd'hui des exemples pour cette jeunesse", a estimé Madické Niang.

"Serigne Cheikh Tidiane Sy me disait : 'Madické, les remarquables fils que le Sénégal a eus le plaisir de voir naître nous permettent de ne rien envier dans le domaine de l'islam aux autres", a-t-il raconté.

Présentant Cheikh Bouh Kounta, patriarche de Ndiassane comme un "exemple de valeur (et) d'érudition", il a demandé à la jeunesse d'aujourd'hui de "s'inspirer de son œuvre" .

Se faisant, la jeunesse ne se retrouverait pas dans la situation actuelle décrite comme étant marquée par une perte de valeurs, a-t-il préconisé.

L'homme politique a souligné l'importance dans une nation, des valeurs comme "la responsabilité" et "le patriotisme".

Cheikh Bouh Kounta a travaillé à la vulgarisation de l'islam dans le pays et sa famille entretient des relations fortes avec les autres confréries du pays, a-t-il souligné.

C'est ainsi que Sokhna Marième Kounta s'est retrouvée dans la famille d'Elhadji Malick Sy de Tivaouane, Sokhna Astou Kounta, dans la famille de Serigne Touba, a t-il ajouté.

L'actuel Khalife a, quant à lui, beaucoup appris auprès de Baye Niasse à Kaolack. Me Madické a par ailleurs évoqué la nécessité de renforcer la régulation des réseaux sociaux, qu'il tient, en partie, pour "responsables" des facteurs de cette perte de valeurs.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.