Guinée Bissau: «Il n'y aura pas de troupes supplémentaires de la Cédéao ici»

En Guinée-Bissau, à une semaine de la présidentielle dans ce pays lusophone, l'armée entend rassurer la communauté internationale.

Elle restera dans les casernes. Les chefs des armées du Sénégal, du Niger, du Togo et du Nigeria se sont entretenus, vendredi 15 novembre, avec le président José Mario Vaz.

L'armée en Guinée-Bissau ne pense plus à fomenter des coups d'État et ne se mêle plus de politique.

La garantie a été donnée par le chef des armées bissau-guinéennes, le général Biaguê Na Ntan, samedi 16 novembre, devant la haute hiérarchie militaire et le haut commandement de la force d'interposition de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

« Rassurer la communauté internationale »

« Je veux rassurer, encore une fois, la communauté internationale, en particulier l'Ecomib [Force de la Cédéao dans le pays]. Les forces armées de Guinée-Bissau ne sont plus intéressées par la politique et encore moins à fomenter des coups d'État », a-t-il affirmé.

La Guinée-Bissau traverse une crise politique profonde, à une semaine de la présidentielle. Les chefs des armées du Sénégal, du Niger, du Togo et du Nigeria étaient à Bissau et se sont entretenus avec le président José Mario Vaz, à ce sujet.

Les discussions ont par ailleurs porté sur les dispositifs à mettre en place pour faciliter la venue de troupes supplémentaires de la Cédéao dans le pays. De cet entretien, rien n'a filtré.

La crainte du coup de force

La Cédéao craint ouvertement le scénario d'un coup de force dans ce pays et a décidé de renforcer les effectifs et le mandat de sa force en place, l'Ecomib. Sur cette question, le chef des Armées bissau-guinéennes est catégorique : pas question de faire venir un seul homme en Guinée-Bissau.

« Soyez tranquilles, il n'y aura pas de troupes supplémentaires de la Cédéao ici. Vous pouvez rester tranquilles », a ajouté le général Biaguê Na Ntan.

L'organisation régionale a prévenu que tout recours à l'armée pour imposer un acte illégal serait à considérer comme un coup d'État et entraînera des sanctions à l'encontre des responsables.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.