Sénégal: Les ASC doivent être des vecteurs de développement (DG ONFP)

Diourbel — Le directeur général de l'Office national de la formation professionnelle (ONFP), Dr Souleymane Soumaré, estime que les Aassociations sportives et culturelles (ASC) doivent aussi être des vecteurs de développement.

"Nous avons constaté et nous l'avons dit depuis toujours que les Associations sportives et culturelles doivent être, au-delà des activités sportives et culturelles, des vecteurs de développement et contribuer au développement économique de leur localité et de leur zone", a-t-il dit.

M. Soumaré remettait un appui composé de trophées pour les différentes catégories et des jeux de maillots, des médailles, des ballons et des enveloppes financières, aux équipes de la zone 2 qui ont joué samedi la finale dont il est le parrain.

Ces ASC "doivent s'organiser pour avoir les possibilités et les moyens de financer leurs activités sportives en fin d'année", a dit Souleymane Soumaré.

Il a rappelé que le président de la République a mis à la disposition des jeunes des leviers comme la DER, le FONGIP, etc, pour le financement des activités génératrices de revenus.

Pour les contraintes liées à la formation, il a invité les responsables d'ASC à se rapprocher de l'ONFP.

"J'ai fait l'invite au président de l'ODCAV de Diourbel (...). Je pense que dans un délai très court, nous pourrons démarrer ces formations au niveau de Diourbel pour ensuite l'élargir au niveau du territoire national", a indiqué M. Soumaré.

Ce projet va se faire en collaboration avec le ministère de la Jeunesse, les Conseils national et régional de la jeunesse afin que ces activités puissent être déroulées au niveau des différentes régions, selon Soumaré.

"Il appartiendra à l'ODCAV de saisir cette opportunité", a ajouté le DG de l'ONFP, estimant aussi que les demandes de formation doivent répondre aux besoins économiques de la zone.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.