Cote d'Ivoire: Soutien aux populations impactées par les attaques au Faso - Des Burkinabè en Côte d'Ivoire collectent des dons

16 Novembre 2019

Se disant affligés, touchés et impactés par les actes terroristes qui ont fait officiellement plus de 600 morts, civils et militaires et provoqué près de 500.000 déplacés internes et 300 000 personnes véritablement impactées au Burkina Faso, les 32 associations membres de la Fédération des associations burkinabè en Côte d'Ivoire (Fedabci) ont décidé de se lever et de condamner avec la dernière énergie ces attaques terroristes. Et surtout apporter leur soutien aux personnes déplacées.

Pour ce faire, après une concertation, elles ont procédé, le samedi 16 novembre, aux II- Plateau-Sococé, au lancement d'une collecte de dons (vivres, non-vivres, espèces et autres) au profit de ces déplacés.

« Il n'est jamais tard pour bien faire. Depuis quatre ans, notre mère patrie est touchée en plein cœur. Le sang d'innocentes personnes devant relever le défi de la mondialisation et amorcer le développement tant attendu, ne cesse de couler en longueur de journée et souillant ainsi la quiétude des populations, l'économie nationale et entrainant des déplacés internes et des réfugiés dans certaines localités espérant une protection et une paisible vie, abandonnant tout derrière eux à la merci des terroristes aux objectifs inavoués », a étalé Bamouni Fabrice, secrétaire général de la fedabci, lors de la conférence de presse organisée à cet effet.

Abordant dans le même sens, le président de la faitière des associations burkinabè en Côte d'Ivoire (Fedabci), Sia Koudougou, a lui, appelé toute la diaspora burkinabè à l'union pour cette action caritative pour soulager un tant soit peu ces personnes qui, selon lui, sont dans le véritable besoin.

« C'est le moment pour chacun de nous de faire parler son cœur, car ne dit-on pas que ça n'arrive pas qu'aux autres !

Depuis plus de quatre ans que cette crise sécuritaire dure, nos autorités récemment nous ont déclarés plus de 500.000 déplacés et 300.000 personnes directement impactées.

C'est grave. Faisons quelque chose», a-t-il exhorté, avant d'inviter opérateurs économiques, hommes d'affaires et tout ressortissant du Faso à l'action.

« Si nous ne prenons pas garde, nous risquons d'accueillir des réfugiés ici en Côte d'Ivoire dans nos différentes familles quand la situation deviendra pire. Nous devons tous contribuer à la résolution de cette crise sécuritaire. Notre soutien ne doit pas s'arrêter qu'aux dons.

Mais à tous les niveaux. Parlons-nous afin de dégager des pistes de solutions, pourquoi pas à soumettre à nos autorités au Burkina. Taisons nos querelles intestines et travaillons au retour de la sécurité dans notre pays », a appelé M. Sia Koudougou.

A en croire les conférenciers, le premier don sera remis dans le mois de janvier 2020. Ces dons qui seront recueillis sont uniquement destinés aux victimes des affres des jihadistes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.