Congo-Kinshasa: Fridolin Ambongo - "Il est impératif que nous prenions des résolutions concrètes de changement de comportement"

Hier, dimanche 17 novembre, au Stade de Martyrs, devant une multitude des chrétiens catholiques et d'autres obédiences, venus à l'occasion de sa première messe en tant que nouveau cardinal de la RD. Congo, Fridolin Ambongo n'a pas simplement parlé mais plus que tout, a insisté sur l'unité et la promotion de bonnes valeurs, en vue de favoriser l'émergence de la nation.

A point nommé, il a recommandé aux congolaises et congolais de toujours espérer d'un Congo nouveau et meilleur, malgré les problèmes et difficultés de l'heure marqués notamment par des tueries, la pauvreté de la population ou encore par l'acuité des antivaleurs au sein même du gotha politique qui, du reste, est censé garantir la bonne marche de l'Etat.

Dans la droite ligne de sa conférence de presse autour de la signification, les missions et les défis de son cardinalat, le désormais Son Eminence Fridolin Ambongo Besungu, profitant de la présence au stade de martyrs de la plupart des acteurs politiques dont le Chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, a sonné le tocsin de la communion et la cohésion nationale, en lieu et place des querelles politiciennes qui, de son avis, sont révolues. D'où, a-t-il invité à un rassemblement national autour d'un idéal qui n'est rien d'autre que l'amélioration des conditions de vie de la population.

Pour ce faire, le successeur du Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya en a appelé à la promotion de bonnes valeurs telles que la justice, la paix, la probité ou la vérité, tout en effritant les mauvaises telles que la corruption, l'inégalité, le népotisme qui, jusqu'à jour, accolent principalement la classe politique. «La vraie religion, c'est celle qui nous pousse à donner le meilleur de nous-mêmes pour que nos frères et sœurs vivent mieux. C'est celle qui construit la civilisation de l'amour et non pas celle de la mort. Il est impératif que nous prenions des résolutions concrètes de changement de comportement. Débarrassons-nous des antivaleurs qui ont élu domicile dans notre pays, qui l'ont détruit et ruiné. Tournons ensemble le regard vers l'avenir. Et c'est possible », a-t-il déclaré.

Gratuité de l'enseignement

Tout en soulignant qu'un Cardinal n'est pas seulement le conseiller privilégié du Pape mais aussi celui de son pays, Mgr Ambongo a, dans la foulée, salué et encouragé l'effectivité de la gratuité de l'enseignement réalisée proprio motu par le Président Tshisekedi Tshilombo. Cependant, il a mordicus déclaré que cette décision doit être accompagnée des mesures conséquentes, pour éviter de l'hypothéquer, étant donné qu'à l'heure actuelle, les enseignants principalement des écoles conventionnées catholiques sont en grève. Raison pour laquelle a-t-il en outre exhorté le Gouvernement à entamer des consultations et discussions avec ces professionnels de la craie, en vue de clarifier dûment les situations de nouvelles unités et enseignants non payés. Question de ne pas détruire l'éducation nationale. « Nous ne voulons pas que la gratuité de l'enseignement produise des effets pervers», a-t-il lancé.

Sursaut patriotique

Saluant urbi et orbi cette création de Fridolin Ambongo en tant que Cardinal de la RD. Congo, le Premier citoyen du pays, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a, dans son intervention, entériné les propos du nouvel Eminence, en conviant tout un chacun à un sursaut patriotique, c'est-à-dire, à se dépasser de tout ce qui peut être discordes politiques et politiciennes, en vue de privilégier d'abord et toujours l'intérêt supérieur de la nation. Il a d'ailleurs imploré le Dieu Tout-Puissant de libérer les peuples congolais des ténèbres afin qu'ils deviennent, de part en part, les instruments par lesquels il libérera le Congo notamment, du carcan du sous-développement et faire de lui une véritable nation prospère, au regard de ses potentialités du sol et du sous-sol.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.