Congo-Kinshasa: Omnia omnibus

L'année 2019 n'aura pas été simplement une année de l'alternance pacifique du pouvoir au sommet de l'Etat. Puisque, à maintes reprises, les congolais ont été conviés à prendre part à des activités ecclésiastiques solennelles dont la principale mission consistait à confier la Nation entière entre les mains puissantes de l'Eternel.

En effet, aussitôt investi 5ème Président de la RD Congo au mois de Janvier dernier, Félix Tshisekedi, à l'image d'un prophète et contrairement à son prédécesseur, avait pris les soins de rassembler près de 80 milles âmes au stade de martyrs. Objectif ? Prier. Oui prier pour la cohésion nationale, pour l'unité nationale, pour la réconciliation, pour la paix, en gros, pour que le Congo-démocratique aille de l'avant. Autant dire, la RD Congo, nonobstant sa démocratie qui s'avère fragile, n'a point besoin de voir ses enfants de tous bords œuvrer pour son instabilité. D'où, à travers la prière, l'amour, la volonté et le travail, tout congolais serait capable d'apporter sa pierre à l'édifice, non pas pour ériger un mur des lamentations, mais bien évidemment, pour bâtir un pays plus beau qu'avant. Après tout, cela n'est-il pas le vœu de nos pères de l'indépendance ? Effectivement.

Récemment créé Cardinal à Rome, Fridolin Ambongo Besungu, en prélude de sa première homélie prononcée hier dimanche à "Kamanyola" , s'adressant au peuple de Dieu, ce père de l'Eglise catholique romaine, comme dans ses habitudes, n'a pas mâché les mots en tirant les oreilles des gouvernants et des gouvernés. Percutant comme de coutume, celui qui place son cardinalat sous le devise d'« Omnia omnibus », traduit par "Tout pour tous", en appelle à la réconciliation, à l'unité et surtout à la paix, espérant que les protagonistes politiques, de la majorité et de l'opposition, pourront enterrer leur hache de guerre, en privilégiant l'intérêt supérieur de la Nation.

Mettre fin à la pauvreté, à l'insécurité, à la maladie à virus Ebola, à la corruption, à l'impunité « pour un Congo nouveau et meilleur», telle est sa vision. Mais, une question se pose : ses paroles seront-elles respectées ou encore mises en pratique par les congolais lambda ainsi que ses dirigeants ? Rien n'est rassurant. Pour rappel, au lendemain de son indépendance, l'on avait beau chanté de "bâtir un pays plus beau qu'avant", 60 ans après, que reste-t-il du Congo ? L'on a passé du temps à le peupler sauvagement sans pourtant le construire. Son sol et sous-sol auront été bénéfiques pour enterrer ses dignes filles et fils en lieu et en place de contribuer réellement à leur épanouissement.

Aujourd'hui, plus que jamais, l'on espère, eh oui l'on continue à espérer qu'avec ce gouvernement de coalition FCC-CACH, prêt à défendre le projet budgétaire de l'exercice 2020, son économie générale pourra rencontrer les aspirations profondes de l'ensemble des congolais. Voilà, à vrai dire, le sens de "Omnia omnibus".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.